Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Dossier : trois solutions pour un bon usage des médicaments

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 12/11/2018

0 commentaires
Prescriptions à rallonge pour les personnes âgées, aidants qui prennent de plus en plus de traitements… à tout âge, il est essentiel d’être vigilant face à sa consommation de médicaments.

Si les antibiotiques sont à manipuler avec précaution, comme le rappelle l’Organisation mondiale de la santé à l’occasion de sa campagne annuelle pour un bon usage de ces médicaments, qui démarre ce lundi, tous les médicaments méritent notre vigilance.

A tout âge, mais particulièrement quand on est âgé, fragile : selon 60 millions de consommateurs, une personne âgée de plus de 65 ans sur cinq prend régulièrement au moins sept médicaments.

Les seniors sont donc particulièrement à risque d’accident iatrogène, c’est-à-dire causé par les traitements.

Quant aux aidants, selon une étude finnoise repérée par la Fondation Médéric Alzheimer, leur consommation augmente au fil des ans. En moyenne, le nombre de traitements passe de 4,4 à 4 durant la période d’aide.

Il s’agit principalement de médicaments du système cardiovasculaire, dont les anti-hypertenseurs, et de médicaments des troubles de l’acidité gastrique. 

Trois solutions pour limiter les risques


Face à ce constat, plusieurs solutions possibles :

  • Les objets connectés : ils rappellent aux personnes âgées ou aux aidants de prendre le traitement (via une sonnerie, un sms ou un appel téléphonique) et détectent les anomalies dans la prise (ouverture de deux cases par exemple).

  • L’aide d’un professionnel : si les aides à domicile n’ont pas le droit de donner elles-mêmes les médicaments, elles peuvent surveiller leur prise à partir du pilulier préparé par l’infirmière ou le médecin. Leur intervention peut être financée par l’allocation personnalisée d’autonomie.

  • Le bilan de médication : destiné aux personnes âgées de 65 ans ou plus atteinte d’une affection de longue durée ou de 75 ans ou plus qui consomment cinq médicaments ou plus (molécules différentes), il est effectué par le pharmacien qui étudie et analyse les prescriptions.


A lire aussi
Partager cet article

Sur le même sujet