Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

La PCH peut-elle financer le répit des aidants ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 06/05/2019

2 commentaires

La question de Françoise D.


Qu’en est-il du droit au répit des aidants de personnes atteintes de maladie neuro-dégénératives ne bénéficiant pas de l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa) mais de la PCH (prestation de compensation du handicap), cette dernière ne permettant ni le financement du coût en accueil de jour, ni aucune aide financière pour un hébergement temporaire en Ehpad ?

La réponse d’Agevillage



Depuis la loi d’adaptation de la société au vieillissement de décembre 2015, l’allocation personnalisée d’autonomie peut être complétée d’un forfait annuel de 506,71 euros (montant 2019), au titre du droit au répit de l’aidant.

Cependant, il ne concerne que les aidants de personnes qui ont atteint le montant maximum de l’aide, soit : 

  • 1737,14 euros/​mois pour les personnes en Gir 1
  • 1394,86 euros/​mois pour les personnes en Gir 2
  • 1 007,83 € euros/​mois pour les personnes en Gir 3
  • 672,26 euros/​mois pour les personnes en Gir 4


Cette somme permet de financer la solution de répit préconisée par les équipes du Conseil départemental, et correspond à une semaine d’hébergement temporaire (tarif journalier moyen 65 euros), 15 jours en accueil de jour (tarif journalier moyen 30 euros) ou 25 heures supplémentaires d’aide à domicile.

Pour bénéficier de l’Apa, il faut être âgé d’au moins 60 ans. Reste que certains bénéficiaires de la prestation de compensation du handicap préfèrent conserver cette allocation une fois cet âge atteint, car les montants attribués au titre de la PCH sont plus élevés que l’aide apportée par l’Apa.

Le rapport Libault, qui doit servir de base à la future loi grand âge, recommande d’ailleurs de transformer l’Apa sur le modèle de la PCH.

Cela étant, comme vous le soulignez, la PCH ne permet pas de financer une solution d’hébergement temporaire ou un accueil de jour.

En revanche, les frais sont partiellement pris en charge par l’Assurance maladie, avec un reste à charge de 20 euros par jour pour de l’hébergement et 13 euros par jour pour un accueil de jour.

En savoir plus sur le droit au répit pour les aidants de personnes âgées en perte d’autonomie

Partager cet article

Bruno P

Bonjour,
Quel dispositif ou demande faut-il faire l'Assurance Maladie pour obtenir prise en charge par l’Assurance maladie, (même partielle) avec un reste à charge de 20 euros par jour pour de l’hébergement et 13 euros par jour pour un accueil de jour.
Bien cordialement

Raphaëlle Murignieux

Bonjour, il faut faire une demande d'accueil temporaire (avec ou sans hébergement) auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de votre département. L'aide de l'Assurance maladie ne vous est pas versée, mais elle est déduite du coût : ainsi vous paierez 20 euros pour un accueil avec hébergement et 13 euros sans hébergement, ce qui n'est pas le coût réel de la prestation.