Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Le collectif Je t'Aide s'insurge contre le manque de moyens

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 27/04/2020

0 commentaires

Victimes collatérales de cette crise sanitaire, les aidant.e.s manquent de moyens et de soutiens

Le collectif Je t’Aide a pour mission d’accompagner et d’accélérer la reconnaissance des aidant.e.s. En ce sens, et alors que le rôle des aidant.e.s est devenu beaucoup plus compliqué depuis le début du confinement, le collectif monte au créneau pour réclamer plus de moyens et ainsi venir en aide aux millions de personnes qui accompagnent un proche en perte d’autonomie.


Fermeture des structures d’accueil, renvoi des patient.e.s de l’hôpital à leur domicile, baisse, voire arrêt de l’activité des aides à domicile… les aidants se trouvent aujourd’hui dans une situation délicate, avec de moins en moins de soutien et souvent sans les équipements nécessaires. 


Une situation dangereuse pour l’aidant et le proche accompagné


Les aidant.e.s nous partagent quotidiennement leurs SOS : angoisse, épuisement, sous-équipement (masques, gants…) faisant courir un risque grave à leur proche aidé, présence (vigilance) continue et indispensable (permanente), etc. Malheureusement, ils.elles demeurent les grands oublié.e.s de cette crise sanitaire” alerte le collectif Je t’Aide.

Afin de faire face à cette situation délicate, le collectif relaie les besoins des aidants et réclame par le biais d’un communiqué : 
  • Une mise en place immédiate du Plan Agir pour les aidants, lancé par le Gouvernement fin 2019
  • Des masques et des gants, tout comme les soignant.e.s et les intervenant.e.s à domicile : les aidant.e.s remplissent les mêmes fonctions 
  • Un plan de sauvegarde de l’activité des associations locales de soutien aux aidant.e.s, qui sont souvent les seuls soutiens locaux pour les aidant.e.s, et dont l’existence est pour beaucoup menacée par la pandémie : fermetures, réduction de personnel, difficultés financières alors qu’elles pallient aux manquements de l’Etat.
  • Une dérogation de confinement spécifique et mentionnant le mot aidant.e”, ouvrant à des plages horaires de sortie plus large pour rendre visite à des proches aidé.e.s souvent éloigné.e.s géographiquement.

Par ailleurs, dans la perspective d’une sortie de crise et afin d’estimer l’impact de celle-ci sur les aidant.e.s, le collectif appelle les personnes qui accompagnent un proche en perte d’autonomie, en situation de handicap ou souffrant d’une maladie chronique à participer à un questionnaire.

Les résultats de ce questionnaire auront vocation à mettre en évidence le rôle, la contribution et les difficultés des proches aidant.e.s lors de cette crise sanitaire du Covid-19.
Partager cet article