Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comment renforcer la légitimité de la parole des plus vieux ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 02/06/2020

0 commentaires

Question des cahiers citoyens des Etats gnéraux de la séniorisation de la société

Les Etats généraux de la Séniorisation de la société emmenés par Véronique Suissa, docteur en psychologie, Serge Guérin sociologue et le Dr Philippe Denormandie, poursuivent des débats citoyens après avoir remis des premiers cahiers citoyens au plus haut sommet de l’Etat.
Ce samedi 30 mai, les débats virtuels ont réuni une centaine de participants (élus, experts, professionnels, citoyens) autour de la citoyenneté et de l’inclusion des plus âgés.

Comment permettre la légitimité la parole des plus âgés ?

Difficile de voir à quel point le langage reste délétère vis-à-vis de l’âge, souligne l’ancienne ministre chargée des personnes âgées, Michèle Delaunay. Comment oser s’imposer, prendre la parole, sans n’être perçu que comme un « t’as mal où » ? Au moment du déconfinement, le premier ministre a dit « nous demanderons aux âgés des précautions particulières »… Les politiques ne savent pas s’adresser aux plus âgés” analyse Michèle Delaunay. Ils ne font pas l’effort dire « Nous ». Ayons pourtant à tous les âges une vision de l’avenir : jamais rien pour nous sans nous”.

L’association Old Up (Vieux debout) représenté par Marie-Françoise Fuchs, tente justement d’aider à garder la tête droite, en sachant ne pas être agiste envers soi-même, sans culpabiliser de vivre ce grand âge. Ces octos plus” prennent leur destin en main et s’immergent notammment dans les lieux qui leurs sont dédiés poru les faire évoluer. 

Pour Pierre-Olivier Lefebvre, délégué général du réseau Villes Amies des Ainés (Vada) : autant les citoyens les plus âgés que les professionnels du secteur de la gérontologie, chacun revendique des espaces de parole”.

Mais force est de constater que monde de la gérontologie est très fragmenté, très technique, fonctionnant en silos incompréhensibles (le sanitaire d’un côté, le médico-social de l’autre, du domicile à l’établissement en passant par les nombreux guichets d’information, d’orientation…). C’est d’ailleurs un des axes clés des cahiers citoyens, des premières propositions de ces Etats Généraux de la Séniorisation de la société : décloisonner, rendre plus fluides, cohérentes, orchestrées, les pistes de réponses au parcours de vie au grand âge.

Nous constatons les difficultés à permettre l’expression des ressentis de chacun, concrètement, sur les territoires, explique Pierre-Olivier Lefebvre. Nous constatons les difficultés à inventer des espaces de parole bienveillante, sans avoir peur d’être jugé, incompris.

La légitimité de parole, ça s’organise. Comme l’artichaut : il faut du temps, différentes couches de propositions (pas uniquement numériques) pour que la parole se libère, que les demandes émergent petit à petit jusqu’aux coeurs des revendications.

Le délégué général du Réseau Villes Amies des Ainés invite les élus, les décideurs à valoriser des métiers de la médiation, de l’animation de la vie sociale.

L’enjeu est de passer des discours sur nos personnes âgées à protéger” à des débats citoyens ouverts sur des pistes de réflexions, d’analyses voire de solutions coconstruites avec les parties prenantes et évaluées.

Partager cet article

Sur le même sujet