Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Un mauvais équilibre glycémique peut être à l'origine d'une maladie d'Alzheimer

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/08/2009

0 commentaires

Le rôle négatif du diabète se confirme

Le diabète augmente le risque de maladies dégénératives d’origine vasculaire comme les néphropathies, les rétinopathies, l’hypertension, l’athérosclérose, .…

De plus en plus d’études montrent que le diabète joue aussi un rôle dans l’accélération du vieillissement cérébral. Les mécanismes qui lient ces deux pathologies ne sont pas encore totalement élucidés. Les relations entre les anomalies de l’équilibre glycémique et la dégénérescence cérébrale ont été scrutées dans une étude longitudinale portant sur 1248 sujets âgés de 75 ans ou plus, sans problème cognitif au départ. 

Les malades Alzheimer ayant des antécédents d’accident vasculaire cérébral (AVC) ont été séparés de ceux qui ne présentaient ni hypertension, ni AVC, ni cardiopathie. La présence d’un diabète était définie soit par un antécédent de diabète, l’utilisation d’hypoglycémiants ou une glycémie à jeun ≥ 11 mmol/​l, cette dernière notion permettant de repérer les diabétiques non diagnostiqués. Les diabétiques non équilibrés avaient une glycémie à jeun ≥ 11 mmol/​l.

Les sujets sans antécédent diabétique et ayant une glycémie comprise entre 7,8 et 11 mmol/​l étaient classés comme pré-diabétiques. Au cours des 9 ans de suivi, 420 sujets ont développé une démence dont 47 de type vasculaire et 320 de type Alzheimer. Parmi ces derniers, 78 avaient un antécédent d’AVC et 137 n’avaient jamais présenté de pathologie vasculaire. Seules les démences vasculaires étaient associées au diabète. 

Les diabétiques non diagnostiqués avaient 3,3 fois plus de risque de développer une maladie d’Alzheimer, alors qu’il n’y avait pas d’augmentation du risque de démence chez les diabétiques équilibrés, c’est à dire ayant une glycémie < 7,8 mmol/​l. Ces données montrent qu’il y aurait bien une relation directe entre un mauvais équilibre glycémique et la survenue de maladies neuro-dégénératives. 

  • Références : (Xu WL et al. Diabetologia. 2009;52:1031 – 1039)
  • Bf 1427 – 2009 — Publié le : 21/07/2009
Partager cet article