Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Retraite: renchérissement des rachats de trimestres travaillés à l'étranger

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/01/2011

0 commentaires

Le prix sera aligné sur celui des années d’étude

Le coût du rachat pour les trimestres passés à l’étranger va bientôt être aligné sur le prix de rachat des années d’études.

Le dépôt d’un amendement tardif à la loi de finances est passé sans bruit le 26 novembre. Ce texte propose d’aligner le prix du rachat de trimestres travaillés à l’étranger sur celui des trimestres « classiques » (années d’étude ou incomplètes). Un cadre parti à l’étranger, notamment en début de carrière, verra le coût de ses trimestres augmenté d’un multiple de cinq à sept. 

Pourquoi creuser ainsi l’écart ? Avant le décret, les années passées à l’étranger ouvraient au cadre expatrié la possibilité de s’acquitter, au moment de son retour, des cotisations retraite, en fonction de son salaire de l’époque. Une année de stage à New-York revenait à quelques centaines d’euros.

Désormais les expatriés vont devoir se livrer à un véritable rachat de trimestre, mais le prix de ce rachat dépendra de l’âge auquel la demande est faite et du salaire que touche le demandeur au moment de la demande. Au-dessus de 34.620 euros de revenu annuel, un trimestre coûtera 5.223 euros (hors déductions d’impôts). 

Le décret d’application devait être publié le 1er janvier 2011. Les personnes ayant cotisé à la Caisse des Français à l’Etranger ont acquis « le plein » de trimestres. Et si la personne expatriée a travaillé dans un pays ayant signé des conventions bilatérales avec la France (comme dans l’Union Européenne ou aux Etats-Unis, les trimestres sont déjà considérés comme validés, bien que non cotisés.

Partager cet article

Sur le même sujet