Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Faire vivre et développer la cohésion sociale : une priorité pour le ministère des solidarités

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 10/01/2011

0 commentaires

Le 6 janvier dernier, Roselyne Bachelot-Narquin présentait les grandes orientations du Ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale pour 2011.
Ce ministère qui voit le jour pour la première fois couvre différents champs d’intervention : le handicap et les personnes âgées, la famille et la protection de l’enfance mais aussi le droit des femmes, l’économie sociale et solidaire ou encore la lutte contre la solitude, décrétée grande cause pour l’année 2011

Roselyne Bachelot-Narquin en images
un ministère des solidarités et de la cohésion sociale

La spécificité de ce ministère selon Roselyne Bachelot est de vouloir travailler dans la transversalité. Une transversalité qui s’exprime tant par les sujets traités que les moyens mis en oeuvre. Décloisonner, favoriser le lien et l’échange entre les différents acteurs, une démarche que Roselyne Bachelot souhaite expérimenter au sein même du gouvernement. Car en 2011, ce ministère ambitionne de garantir et de préserver le bien-vivre ensemble au sein de la cité. Nous ne pouvons qu’encourager la Ministre dans cette démarche.

Roselyne Bachelot-Narquin en images
Faire vivre et développer la cohésion sociale pour favoriser le bien-vivre ensemble 

Le plan solidarité grand Age 2007 – 2012 (*)

Selon la ministre, les objectifs du plan solidarité grand Age 2007 – 2012 sont maintenus.

En ce qui concerne les places nouvelles d’établissements, de services, d’accueils de jour et d’hébergement temporaire, destinées aux personnes âgées dépendantes, les créations déjà décidées par les ARS représentent 91% des objectifs initiaux de ce plan. Cela signifie que près de 85 000 places sur les 93 000 prévues ont déjà été autorisées.

Ces décisions d’ouverture de places se poursuivront en 2011 afin de tenir les objectifs du plan solidarité grand âge.
Les ARS pourront, par conséquent, autoriser les places restant à créer dans le plan, au titre de l’année 2011.
L’enjeu est simple : garantir l’accès à un mode de prise en charge de qualité et adapté aux attentes et aux besoins des personnes âgées et des personnes dépendantes.
Ce plan comprend deux volets :
- la création d’EHPAD et l’amélioration de la qualité de la prise en charge ;
- la création de services de soins infirmiers d’aide à domicile (SSIAD).

Dans le cadre de la réforme sur la dépendance, il faudra envisager les prolongements éventuels à donner à ce plan, en ayant une vision prospective. Je demanderai au président de la République et au Premier ministre de poursuivre l’effort budgétaire déjà engagé.
Faut-il diversifier l’offre et les modes d’hébergement ? Faut-il moderniser le parc existant ? Ce sont des questions essentielles, sur lesquelles nous devrons nous interroger,” confirme enfin Roselyne Bachelot-Narquin.

Partager cet article

Sur le même sujet