Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Paris, la médiatrice et les personnes âgées ayant besoin d'aides

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 05/02/2011

0 commentaires

Insuffisance des accueils de jour

Dans son rapport rendu public jeudi 3 février, la Médiatrice de la ville de Paris, Claire Brisset, analyse le thème de la perte d’autonomie liée à l’âge.

Paris est l’une des villes les plus denses d’Europe avec 2,2 millions d’habitants, dont 400 000 ont plus de 60 ans et 97 000 plus de 80 ans. La Ville a consacré en 2009 plus de 450 millions d’euros en faveur des personnes âgées, dépendantes ou non.

La Ville et le Département de Paris ont pris la mesure du risque que pourrait entraîner un nouvel épisode caniculaire”, estime Claire Brisset (15 000 personnes âgées sont décédées en France pendant la canicule de 2003, dont 2 300 à Paris). Depuis cette date, un plan de prévention et de traitement d’une telle situation a été établi pour parer à l’éventualité d’une nouvelle crise de cette nature.” 

Et hors période de crise ? Les Parisiens âgés peuvent s’adresser aux Points Paris Emeraude chargés de diffuser l’information dont ils ont besoin pour connaître les modes de prise en charge qui leurs sont offerts, note Claire Brisset. La Médiatrice accueille favorablement la réforme des Points Paris Emeraude mise en place au cours de l’année 2011 pour rendre ces structures plus directement opérationnelles.”

Quelle prise en charge pour les personnes âgées ?

A domicile : Près de 60 % des personnes âgées de plus de 80 ans sont autonomes dans leur vie quotidienne”, explique Claire Brisset. A Paris, plus de 300 services d’accompagnement à domicile fonctionnent. Ces services interviennent jusqu’au moment où l’accueil en établissement devient indispensable.

Mais les centres d’accueil de jour qui apportent un soutien aux personnes âgées demeurées chez elles” sont en nombre insuffisant à Paris, de même que les structures d’hébergement temporaire. 

En établissement : L’entrée en établissement s’effectue de plus en plus tard, à 87,5 ans en moyenne”, note Claire Brisset. Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Paris comptent quelque 7 000 places dans le secteur public. 

Ces établissements restent souvent trop onéreux pour les personnes âgées et leur famille. La pénurie de personnel y est préoccupante, en particulier la nuit. Par ailleurs, les « unités d’hébergement renforcées » destinées aux patients atteints de la maladie d’Alzheimer restent en nombre trop limité.

Rapport de la médiatrice 

Partager cet article