Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

75 % des Français séduits par les cohabitations intergénérationnelles : de quoi parle-t-on ?

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 19/12/2022

0 commentaires

L'Observatoire Cetelem, accompagné par Harris Interactive, explore en 2022 l'enjeu du bien vivre et du bien vieillir. Après s'être penché sur l'aidance, puis la perception du vieillissement par les Français, le troisième volet interroge les conditions d'une vieillesse "heureuse". Un des facteurs clés identifiés est le lien social. L'étude montre que les Français font confiance aux nouvelles technologies pour maintenir les seniors connectés et que d'autres remparts contre l'isolement sont ces nouveaux modes d'habitat partagé comme les cohabitations intergénérationnelles, qui séduisent plus de trois Français sur quatre. De quoi parle-ton ?

Plusieurs générations sous le même toit

La cohabitation intergénérationnelle est passée au fil des années d’une cohabitation subie, imposée, évidente, culturelle entre les générations d’une famille à une cohabitation choisie, souhaitée, avec des proches ou des colocataires cooptés, du même âge ou de différentes générations.

La cohabitation intergénérationnelle se structure.

Des associations viennent en intermédiation entre l’offre de logement par les seniors et la demande de cohabitation par des plus jeunes, étudiants, contre une participation symbolique et encadrée.

Le réseau Cohabilis fédère une quarantaine de ces tiers de confiance et a créé une charte pour éclairer et structurer cette cohabitation pour les deux parties.

Voir la liste des associations qui accompagnent cette cohabitation avec les plus jeunes.

Mais on peut aussi choisir de lancer un habitat intergénérationnel avec des générations rapprochées (des retraités) ou des personnes qui se cooptent, comme le constate l’association Habitat des possibles, lors du colloque Habitat de la Vienne pour les acteurs du grand âge et du handicap le 6 décembre dernier à Poitiers.

Selon les expériences, la taille des habitats, la maturité des habitants, leurs investissements dans la vie de la structure, il peut sembler opportun d’investir dans une médiation, une animation professionnelle… avec les coûts afférents.

Tous convergent vers la nécessité d’une charte de vie ensemble, sous un même toit ou ensemble de toits.

Le réseau Hapa fédère les multiples porteurs de projets d’habitats partagés qui peuvent retrouver les ressources juridiques et financières sur le portail https://​monhabitatinclusif​.fr/.

Voir la table ronde sur les formes d’habitats séniors et d’habitats intergénérationnels lors du colloque du 6 décembre dernier avec des exemples d’habitats sortis de terre. 

Et celle sur l’habitat inclusif, partagé, accompagné : 

Partager cet article