Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Pourquoi la question du vieillissement ne s'impose pas dans la campagne

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 23/01/2012

0 commentaires

Annie de VivieA ce jour, on ne peut pas dire que le vieillissement, l’aide à l’autonomie, le handicap quel que soit l’âge se soient imposés comme l’un des thèmes — même mineur — de la campagne présidentielle de 2012.

Le président Sarkozy, par la voix de sa ministre Roselyne Bachelot, a repoussé sa réforme de la dépendance” à un retour à meilleure fortune économique.
La crise économique actuelle, le regard des agences de notation, pèseraient plus que les besoins des personnes fragilisées qui avancent en âge.

Du côté du Parti Socialiste, l’idée d’un 5e risque solidaire était porté par la candidate Martine Aubry, sans déclinaison opérationnelle précise.
De son côté, Terra Nova, proche du PS a publié un rapport de Luc Broussy qui estimait — entre autres — que le rapprochement des prestations personnes âgées (APA) /​personnes handicapées (PCH) aurait un coût bien élevé pour les finances publiques. Il misait sur sur une taxation de l’héritage et un relèvement de la CSG acquittée par les retraités pour financer une hausse des prestations.

Cette absence de la question de l’aide à l’autonomie dans la campagne reflète peut être un refus inconscient de l’ensemble de la société de réfléchir au handicap qui surgit avec l’âge. « On prévoit sa mort, on s’assure même sur la vie, mais pourquoi ne prévoit-on pas ses dernières années », s’interroge Jane Fonda dans le joli film « Et si on vivait ensemble ? ».
Le film témoigne des tabous autour de la vieillesse (sexualité, liens familiaux pas toujours faciles) et du déni du besoin d’aides diverses.

La génération qui a connu la liberté sexuelle, le travail des femmes, le développement économique, accepte de préparer sa mort (même joyeusement), mais a encore du mal à imaginer et préparer les dernières années de sa vie.
Comment alors imposer des réflexions, des initiatives, des prises de décisions aux décideurs nationaux ?
Certes, ils devraient montrer la voie, celle d’une « société pour tous les âges », qui investit sur la solidarité, comme ont osé le faire nos aînés en 1945 avec la création de la Sécurité sociale.

La France continue de compter sur les familles, les proches, voire les amis. Encore faut-il pouvoir être entourés de professionnels, comme de bénévoles, compétents, en réseau (voir la réflexion d’ Ama Diem pour les malades Alzheimer qui réinvente la maison de retraite ou l’ouvrage de Marie et Edouard de Hennezel qui intérroge le vieillir).
Les initiatives locales n’exonèrent pas les décideurs publics de réflexions et d’actions concrètent, car le 5e risque n’est pas qu’une question d’argent.

Le combat continue, rappelle l’octogénaire Maurice Bonnet !

Partager cet article