Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : voter au grand âge

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 22/04/2012

0 commentaires

Annie de VivieLe blog d’un journaliste du Monde nous raconte cette semaine, en direct de Saint-Pierre des Corps, près de Tours, comment des personnes très âgées (plus de 80 ans) iront voter, seules, à plusieurs.
Ces vielles personnes disent ne pas aller voter pour elles” (même si leur pouvoir d’achat de retraité fond et que l’accès aux soins se renchérit) mais pour les générations qui les suivent.
Le sort de leurs enfants et petits enfants les inquiètent.

Ces générations ont vu leurs conditions de vie grandement s’améliorer au regard de celle de leur parents. Leur vie quotidienne a été peu à peu facilitée : accès à l’eau, l’électricité, aux appareils électro ménager, une alimentation diversifiée, aux matériaux plus résistants ou jetables, des cuisines et salle de bain aménagées, chauffées…

L’augmentation de l’espérance de vie a suivi ces progrès, tout comme l’amélioration de l’hygiène de vie et les avancées de la médecine.
Les personnes âgées ont vu les capacités des moyens de transports se démultiplier et les distances se réduire. Les congés et l’amélioration du pouvoir d’achat ont permis de réaliser des rêves (voyages…).

Pour autant, les crises économiques les ont aussi touchées de près. Elles en voient l’impact sur leurs enfants, petit-enfants (emplois, pouvoir d’achat). A ces crises économiques, celles des valeurs sociétales (respect, effort, éducation…) mais aussi les crises environnementales (pollutions, dérèglements climatiques…) les interpellent.

Au grand âge, quand les retraites se tendent et le patrimoine fond, la peur de peser sur ses proches se fait pressante face aux coûts des services (à domicile, en maison de retraite).
Cette peur se sur-ajoute au sentiment d’inutilité, de devenir un poids” pour les autres.

La question de la refonte de l’aide à l’autonomie qui a eu du mal à s’imposer dans la campagne électorale, va revenir sur le devant de la scène.
Environnement, emploi, pouvoir d’achat, services publics (notamment de santé), autant de sujets que le futur élu à la Présidence devra prendre à bras le corps.

S’il ne le fait pas d’autres acteurs du marché” vont s’emparer du besoin de financement de santé mais aussi des services au grand âge (Mutuelles, assurances). Tous comptent sur un service public solide pour accompagner les plus faibles.

Des enjeux de taille pour le prochain élu et les équipes qu’ils désignera ! 

Partager cet article

Sur le même sujet