Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

A lire : Vieillir n’est pas un crime ! Pour en finir avec l'âgisme

Auteur Guillaume Vonthron

Temps de lecture 2 min

Date de publication 30/08/2021

0 commentaires

Vieillir n’est pas un crime et pourtant, comme une onde de choc, l’âgisme ou “racisme anti-vieux” se déploie”. Après avoir formulé ses conseils pour faire face à la maladie d’Azheimer, le docteur Véronique Lefebvre des Noëttes revient avec un nouvel ouvrage dans lequel elle entend tordre le cou à l’âgisme ambiant, exacerbé depuis le début de la crise.

La pandémie de la Covid-19 est venue paradoxalement et cruellement révéler ce que nous avions de plus précieux : les liens avec nos très âgés”, et le coût sociétal que leur protection fait peser sur les jeunes générations”.

Dans Vieillir n’est pas un crime ! Pour en finir avec l’âgisme, à paraître le 8 septembre prochain, la psychiatre du sujet âgé Véronique Lefebvre des Noëttes veut faire entendre la voix et l’amour de la vie de nos aînés oubliés”.

Faire entendre la voix des ces vieux qui ne représentent plus un modèle de sagesse inspirant le respect”.

Véronique Lefebvre des Noëttes s’élève face au discours qui prétend que le vieillissement de la population est une catastrophe et rappelle que seules 5 à 10 % des personnes de plus de 70 ans sont concernées par une vieillesse pathologique, ponctuée de maladies chroniques comme l’hypertension, le diabète ou encore des troubles cognitifs.

Changer le regard sur la vieillesse

Non vieillir n’est pas un crime et c’est même une chance souligne l’auteure : vieillir, c’est aussi un bond nouveau dans le temps car, avec l’âge, on apprend à devenir présent au présent, à le vivre intensément, nourri d’un passé magnifié, le plus souvent plein de douceurs”.

Avec cet ouvrage, la psychiatre a pour ambition de combattre les stéréotypes, la notion de dépendance”, la dictature du bien vieillir, du rester jeune”…

C’est notre regard sociétal qui doit changer” précise Véronique Lefebvre des Noëttes, j’ai voulu être le porte-voix, rendre visibles ces invisibles, les grands vieillards” gériatriques, car indéniablement ils le sont, nos frères et nos sœurs” en humanité, dès lors qu’on leur laisse la parole et que l’on se donne les conditions de possibilité d’une écoute, et qu’on caresse encore ce que leurs pauvres mains ont à dire”.

Véritable cri du cœur, Vieillir n’est pas un crime ! Pour en finir avec l’âgisme est une invitation à reconsidérer ses perceptions du grand âge, à appréhender différemment et positivement sa vieillesse et celle des autres.

Vieillir n’est pas un crime ! Pour en finir avec l’âgisme
De Véronique Lefebvre des Noëttes
Aux éditions du Rocher
Date de parution : le 8 septembre 2021
288 pages — 19,90 €

Partager cet article