Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Agisme : briser les idées reçues avec la Semaine bleue

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 1 min

Date de publication 01/08/2022

0 commentaires

Chaque année, la Semaine bleue met en lumière la place et le rôle social des plus âgés dans la société. Cet été, ses organisateurs lancent une grande campagne participative pour briser les idées reçues sur la vieillesse.

365 jours pour agir, 7 jours pour le dire

La campagne s’appuie d’une part sur les vidéos réalisées par Oldyssey, le média de la transmission entre les générations, pour aider à faire changer les regards sur les personnes âgées.

Mais surtout, elle repose sur nous tous. Quel que soit votre âge ou votre activité, vous êtes invités à publier vos témoignages sous forme de textes, d’enregistrements audio ou de vidéos depuis vos comptes Twitter et Facebook, en ajoutant le hashtag #Brisonslesidéesreçues.

La campagne prendra fin le 23 septembre.

L’âgisme, une discrimination banalisée

Une initiative essentielle car l’âgisme reste aujourd’hui extrêmement fréquent, comme le rappelle les rapports de la Défenseure des Droits, de la député Dufeu-Schubert en 2019 et aussi lObservatoire de l’âgisme.

Dans son essai L’âge d’or des seniors – entre chimères anti-âge et magiciens du lien, le sociologue Italo Musil partage ses réflexions sur cette « discrimination banalisée ».

Il rappelle que « lâgisme s’appuie sur des préjugés quant à la perte généralisée de rôles, de capacités et d’utilité en fonction de l’âge. Tout âge peut se prêter à des propos ou des actes discriminants, mais c’est l’âge avancé qui en est la cible privilégiée ».

Une discrimination qu’il estime structurée, institutionnalisée, prenant pour exemple la Suisse où des médecins et hôpitaux sont autorisés à pratiquer des dépassements d’honoraires pour leurs soins aux âgés.

Une situation face à laquelle il faudrait faire évoluer le modèle dominant de production-échange-consommation, écrit-il, mais aussi surmonter la rupture des naissances. Deux pistes qui lui paraissent difficiles aujourd’hui. La seule issue possible serait alors de faire évoluer le concept de vieillissement.

Pour aller plus loin
L’âge d’or des seniors – entre chimères anti-âge et magiciens du lien
Italo Musil
Editions Jets d’encre
Mai 2022
25 euros

Partager cet article