Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

Aidant, et après ? 85 % des anciens aidants continuent d’avoir besoin d’aide

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/05/2022

0 commentaires

Quels sont les impacts de l’aidance ? Et surtout, que se passe-t-il quand la situation prend fin ? Pour le savoir, l’association Avec nos proches a mené l’enquête fin 2021. Elle livre aujourd’hui les résultats de son premier baromètre sur les anciens aidants.

L’association a interrogé 456 anciens aidants pour mieux comprendre, connaître les besoins particuliers des anciens aidants et anticiper les situations de rupture.

« Nous avons besoin d’évaluer le besoin pour le chiffrer, demander des aides adaptées », précisait la directrice de l’association Alice Steenhouwer en novembre.

Et les besoins sont réels : 9 anciens aidants sur 10 ont constaté au moins une conséquence de leur rôle d’aidant sur leur santé, dont les effets peuvent se faire sentir plus de dix ans après la fin de l’aidance ; 8 anciens aidants sur 10 (86 %) ont constaté au moins une conséquence sur leur vie sociale.

« Un grand vide »

Un ancien aidant sur quatre souffre notamment de problème psychologique ou psychiatrique – dépression, épuisement, anxiété, addictions…

Socialement, nombre d’aidants ont eu du mal à renouer ou créer de nouvelles relations après avoir aidé un proche.

En matière de vie professionnelle, plus d’un aidant sur deux confie avoir subi des répercussions négatives : frein de leur évolution professionnel, arrêt de leur emploi, changement de travail…

Accompagner « l’après-aidance »

Le rôle d’aidant ne se termine pas le jour du décès de l’aidé car l’impact et les conséquences de cette expérience perdure dans le temps. Ça vous marque au fer rouge, ça vous laisse des plaies, des cicatrices, et il faut apprendre à vivre avec. Ça vous montre vos faiblesses mais aussi vos forces

Sophie, ancienne aidante

Si les besoins des aidants commencent à être pris en considération, Avec nos proches recommande en parallèle de développer un accompagnement spécifique aux anciens aidants. Mais aussi d’agir en prévention, en soutenant mieux les aidants actuels pour mieux anticiper et réduire les difficultés des anciens aidants.

Partager cet article