Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Journée mondiale Alzheimer : une maladie évitable dans 40 % des cas

Auteur Guillaume Vonthron

Temps de lecture 3 min

Date de publication 20/09/2021

0 commentaires

225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année en France. Avec le vieillissement de la population, le nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer devrait encore croître. A l’occasion de Journée mondiale Alzheimer qui se déroule ce mardi 21 septembre, revenons sur les possibilités de prévenir la maladie et sur les solutions pour mieux vivre avec.

Si 3 Français sur 4 ont peur de la maladie d’Alzheimer, seul 1 sur 10 connaît les moyens de la prévenir nous apprend un récent sondage mené par l’institut Ifop pour la Fondation Médéric Alzheimer.

Pourtant une étude publiée dans la revue scientifique britannique The Lancet précise que la maladie pourrait être retardée ou même évitée dans 40 % des cas.

La prévention comme remède n°1 contre la maladie ?

L’émergence de solutions médicamenteuse comme l’aducanumab, constitue une source d’espoir. Toutefois, Hélène Jacquemont, présidente de la fondation Médéric Alzheimer, souligne dans une tribune que la maladie d’Alzheimer est multifactorielle : ne traiter qu’une seule de ses nombreuses causes possibles ne l’empêchera pas de se développer. En ce sens, l’aducanumab ne serait que l’une des options thérapeutiques possibles, aux côtés notamment des interventions non médicamenteuses qui démontrent jour après jour leur efficacité

La présidente de la fondation estime que la prévention demeure la voie la plus réaliste pour lutter contre la maladie : stimuler notre cerveau, le protéger des traumatismes et des toxines, préserver notre santé physique et métabolique mais aussi garder notre réseau relationnel aussi longtemps que possible nous aidera à accroître notre réserve cognitive et résister aux affres du temps”.

Ainsi, la sédentarité, le tabagisme, l’abus d’alcool, l’hypertension artérielle, la dépression, le manque de contacts sociaux, l’obésité, le diabète, les traumatismes crâniens, la déficience auditive ou encore la pollution de l’air, sont autant de facteurs de risque de développer la maladie sur lesquels l’on peut agir. 

Mieux dormir, faire régulièrement de l’exercice ou manger plus sainement constituent donc des réponses efficaces pour réduire les risques ou freiner l’évolution de la maladie. 

L’entourage aussi a un rôle pour lutter contre l’évolution de la maladie chez un proche.

En effet, selon une étude menée par le neurologue Joel Salinas, le soutien social, sous la forme d’une écoute attentive, est significativement associé à une plus grande résilience cognitive.

Mieux vivre avec

La maladie d’Alzheimer constitue un véritable bouleversement pour le malade et son entourage. Il est cependant possible d’améliorer significativement la qualité de vie au quotidien notamment en stimulant les fonctions cognitives.

A cet effet, du 21 au 24 septembre, en parallèle de la Journée mondiale Alzheimer, la Semaine de la Mémoire organisée par l’Observatoire B2V des Mémoires proposera pendant 4 jours de découvrir les avancées de la recherche dans le domaine de la mémoire sous toutes ses formes. 

Experts scientifiques et professeurs inviteront le public dans le cadre d’ateliers, de conférences, de podcasts, de vidéos… et même d’une exposition virtuelle à comprendre les mécanismes de la mémoire et à découvrir comment mieux la préserver.

Les thérapies non médicamenteuses

Basée sur la stimulation cognitive, le bien être corporel, la créativité, les liens sociaux… ces approches non médicamenteuses, recommandées par la Haute Autorité de Santé depuis 2011, jouent un rôle significatif dans l’amélioration ou la préservation des capacités des malades.

Des approches prônées par le Label Humanitude qui vise à valoriser la qualité de vie dans les maisons de retraite. 

A partir du 4 octobre, pendant une semaine, les établissements labellisés et ceux engagés vers le label ouvriront leurs portes au public afin de montrer comment il est possible de prendre soin et d’accompagner différemment les résidents, y compris les personnes désorientées, aux comportements jugés difficiles.

Journées portes ouvertes Humanitude - 04/10/21

Pour rappel, le Label Humanitude est délivré par l’association Asshumevie aux établissements qui respectent les 5 principes de l’Humanitude déclinés en plusieurs centaines de critères du Label.

Les principes de l’Humanitude :

  • Zéro soin de force, sans abandon de soin 
  • Respect de la singularité et de l’intimité
  • Vivre et mourir debout 
  • Ouverture de la structure vers l’extérieur
  • Lieux de vie, lieux d’envie

En savoir plus sur la Journée portes ouverte Humanitude

Partager cet article