Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Longévité : près de 30 000 centenaires en France en 2023, 7 fois plus en 2060

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 23/01/2023

0 commentaires

L'Institut national d'études démographiques (Ined) estime que le nombre de centenaires est de 29 351 en 2023. Ils étaient 8 063 en 2000 et pourraient atteindre 200 000 en 2060. Des centenaires et super-centenaires qui sont surtout des femmes... que le psychiatre et professeur émérite de gérontologie Louis Ploton invite à comprendre pour favoriser le dialogue entre les générations, avec ces centenaires, voire super-centenaires.

4 centenaires sur 5 sont des femmes

L’Ined dans son étude publiée le 19 janvier dernier précise que « dans l’aventure de la longévité humaine, les femmes distancent largement les hommes : elles représentent 84 % des centenaires. Au 1er janvier 2021, sur les 27 497 centenaires vivant en France métropolitaine, 23 156 étaient des femmes (4 sur 5) ».

Une nouvelle génération est née dès les années 80 : les super-centenaires

Avec l’amélioration des conditions de vie et les progrès de la médecine, les hypothèses « sur la durée limite de la vie humaine » ont dû être repoussées. D’ailleurs, depuis 1980, « une nouvelle classe d’âge est devenue une réalité statistique : les super-centenaires », qui atteignent les 110, voire 115 ans.

On pense à Jeanne Calment qui s’est éteinte à 122 ans et à sœur Andrée, doyenne de l’Humanité, qui vient de s’éteindre à 118 ans.

Comprendre d’où viennent les vieux pour nourrir le dialogue entre les générations

Parler, dialoguer, partager, apprendre, comprendre d’où viennent ces vieux, très vieux… pas si simple mais pas impossible non plus explique le professeur Louis Ploton.

Il invite à lancer et alimenter la conversation sur l’histoire vécue, la grande et ses évènements clés (les guerres souvent), la petite depuis l’enfance, l’école (des filles/​des garçons), la santé (et la libération du vaccin contre la poliomyélite en 1964), le poids de l’église, les moyens d’information, de communication (radio, télévision, téléphone), les transports pour le travail et voyager (la voiture, l’avion), les loisirs, l’informatique.

Parler, raconter, tisser des liens, partager les expériences de vie, conscients du parcours que nous faisons tous, de la naissance à la mort, comme pour se fédérer face à plus grand que soi.

Vivre jusque 150 ans ?

Jusqu’aux années 1970, il était communément admis que tous les progrès réalisés depuis le XVIIIe siècle (conditions de vie) avaient permis d’atteindre une durée de vie de 120 ans, considérée comme un maximum pour l’espèce humaine.

L’Ined précise que désormais, certains scientifiques n’excluent plus que des êtres humains puissent vivre jusqu’à 150 ans, voire davantage, si les connaissances de la génétique et du mécanisme de vieillissement continuent à progresser et permettent de ralentir les processus biologiques.

Mais pour l’heure, la hausse de l’âge maximal au décès semble surtout liée au fait que davantage de personnes atteignent les âges élevés. Rien ne prouve que la limite extrême de la vie humaine soit en train de bouger.

Comprendre d’où viennent les vieux
Pour un dialogue entre générations

Louis Ploton
Editions Eres
Juin 2022
184 pages
12 euros

Partager cet article