Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Un guide pratique pour inclure les malades d'Alzheimer dans la société

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 3 min

Date de publication 11/01/2021

0 commentaires

La France compte 1,2 million de malades d’Alzheimer, un chiffre qui devrait quasiment doubler d’ici à 2050. La maladie touche directement ou indirectement un Français sur 2, pourtant, la société d’aujourd’hui n’a pas été pensée pour inclure ces personnes et leurs aidants. Pour aider les initiatives inclusives à émerger, le collectif Alzheimer ensemble vient de publier son guide pratique.

Né en 2019, le collectif rassemble sept institutions : l’Agirc-Arrco, l’Assemblée des Départements de France, la Fondation Médéric Alzheimer, France Alzheimer et maladies apparentées, la Fédération nationale de la Mutualité française, la Société française de gériatrie et gérontologie, l’Union nationale des associations familiales.

Le guide Bâtir une société inclusive — Conseils, fiches-pratiques et étapes-clés pour élaborer un projet à visée inclusive, pour et avec les personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer sadresse à tous ceux qui veulent agir pour une société où les malades ont toute leur place.

« Rendre la société plus inclusive est l’affaire de tous. Chacun à notre niveau, quel que soit notre métier ou nos activités, nous en sommes tous acteurs. L’objet de ce guide est de vous donner des idées et des conseils pour que les personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer passent à nouveau la porte de votre magasin, de votre pharmacie, de votre cinéma ou de votre bus… en toute autonomie et sans inquiétude ! »

écrivent les auteurs dans l’introduction du guide.

Ils proposent cinq conseils clefs pour y parvenir :

  • Impliquer les personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer dans le projet et leur donner la possibilité de s’exprimer et de participer à l’élaboration des actions pensées pour elles.
  • Bénéficier de l’expertise d’un acteur référent dans le domaine de la maladie d’Alzheimer afin d’être accompagné dès le début du projet et d’être formé à la maladie.
  • Obtenir des soutiens en termes financiers ou d’expertises afin de mettre en œuvre et de développer le projet dans les meilleures conditions.
  • Savoir communiquer de manière adaptée afin de toucher les publics cibles et de donner envie à des parties prenantes de rejoindre le projet et ainsi le faire vivre et grandir.
  • Mener l’évaluation du projet afin de faire le bilan de ce qui a été développé et de mesurer l’efficacité des actions.


Pour chaque conseil, un exemple de mise en pratique en France ou ailleurs, et une fiche pratique permettent de mieux cerner les enjeux, de connaître les leviers et les bons contacts.

Car il existe un peu partout en France des associations, des acteurs impliqués, mobilisés sur ces questions d’inclusivité.

A Rennes, le Bistrot mémoire travaille depuis 2016 à faire de la capitale bretonne la première Dementia friendly community (ville amie des démences) de France. L’association France Alzheimer a lancé en 2019 sa charte Ville aidante, déjà adoptée par plus de 250 communes de toutes tailles, de Montpellier à Lyon en passant par Montivilliers.

Sans oublier la démarche Ville amie des aînés de l’OMS, portée en France par le réseau francophone Ville amie des aînés.

Car il s’agit de ne laisser aucun de ses citoyens sur le côté : « une société inclusive ne s’arrête pas à l’élaboration de solutions spécifiques pour les personnes malades, celles-ci pouvant être finalement stigmatisantes », précise le collectif. Le but étant que tous les habitants, jeunes ou vieux, malades ou bien portants aient accès aux mêmes services, aux mêmes commerces, aux mêmes loisirs.

Consulter le guide Bâtir une société inclusive — Conseils, fiches-pratiques et étapes-clés pour élaborer un projet à visée inclusive, pour et avec les personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer

Et ce 14 janvier à 18 heures, le Pacte Civique organise un webinaire sur l’habitat inclusifanimé par Alice Casagrande, avec le regard de Denis Piveteau (co-auteur du rapport sur ce thème avec Jacques Wolfrom), de Mathieu Klein maire de Nancy, de Dominique Argoud, avec une mise en perspective de Jean-Baptiste de Foucauld et Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l’Autonomie.

Partager cet article