Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Vieillir heureux : le bonheur des plus âgés est sous estimé selon la Fabrique Spinoza

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 3 min

Date de publication 07/11/2022

0 commentaires

L'Observatoire Spinoza, la branche recherche de la Fabrique Spinoza, soutenu par l’Agirc-Arrco, vient de publier une étude scientifique qui revalorise la vieillesse et recense les nouvelles approches et innovations en faveur du vieillir heureux. A partir des résultats d'une centaine d'études et autant d'interviews d'experts, elle vise à déconstruire les biais cognitifs qui sous-estiment le bonheur des plus âgés afin de soutenir les pistes pour la socialisation et le prendre soin. Une étude qui vient corroborer les travaux du Conseil National de la Refondation du Bien Vieillir lancé le 11 octobre dernier par Jean-Christophe Combe.

78 % des Français redoutent de vieillir contre 8 % des + de 60 ans

Selon Daniel Gilbert, professeur de psychologie sociale à Harvard, les gens sont mus par des biais cognitifs qui les poussent à surestimer la manière dont les expériences négatives les affectent et à sous-estimer le bonheur des personnes fragilisées par la vie (Stumbling on happiness, 2006). Si bien qu’il existe une sous-estimation du bonheur des aînés. 

Pourtant, les personnes âgées sont des personnes heureuses comme les autres, voire plus. 70 % des Français de plus de 65 ans pensent que la vie est source de plaisir. Les stéréotypes et préjugés âgistes qui ternissent la vieillesse, influencent la santé physique, mentale, les capacités mnésiques ainsi que la volonté de vivre et l’espérance de vie.”

Pour sa part, le sociologue Michel Billé estime qu’ il nous a fallu le XXème siècle pour comprendre l’enfance, il nous faudra le XXIème siècle pour comprendre la vieillesse “.

Vieillir reste une chance et dans vieillir il y a vie”. Le vieillissement est un processus long, qui se prépare quand on est jeune” ajoute Eric Gilson, biologiste, directeur du laboratoire de l’IRCAN (Institute for Research on Cancer and Aging de Nice).

L’étude invite donc en priorité à déconstruire individuellement et collectivement les stéréotypes et préjugés sur l’avancée en âge. Seuls 20 % des plus de 85 ans sont dépendants, rappelait le ministère des Solidarités et de la Santé en 2021.

Pour une vieillesse active, joyeuse et citoyenne

Comment réussir la société du vieillir heureux ?

L’Observatoire de la Fabrique Spinoza suggère notamment huit pistes pour bien vieillir dans son corps, dans sa tête et avec les autres

> Valoriser les vieilles personnes et la vieillesse via l’essor d’initiatives intergénérationnelles et l’intégration des plus âgés dans l’ensemble des activités et sphères de la vie (le soin, l’éducation, la politique, le travail, la cité…) avec par exemple des aînés marraines et parrains professionnels au sein ou à l’extérieur de l’organisation, sur la durée, possiblement affiliés à Pôle Emploi.

> Développer des habitats et territoires accueillants et vivants comme des Ehpad hybrides et labellisés (comme le Label Humanitude), habitats intergénérationnels, villages seniors, accueillants familiaux, etc.

> Favoriser la santé positive et la prévention : instaurer, généraliser et rembourser les ordonnances sportives, sylvestres et muséales pour les populations vulnérables. Une visite par mois au musée diminue la probabilité de 48 % chez les aînés.

> Accompagner la pré-retraite et
l’engagement dans la cité avec par exemple un label Entreprise amie des seniors”, une agence nationale de l’engagement senior”.

> Favoriser la socialisation en multipliant des lieux/tiers-lieux intergénérationnels.

> Soutenir l’éducation au numérique en sanctuarisant un quota CPF pour un droit à la formation numérique post-retraite.

> Développer le prendre soin” et accompagner le secteur médico-social en revalorisant les métiers de l’accompagnement par une revalorisation salariale et une conférence citoyenne des métiers, ainsi qu’une campagne de communication nationale.

> Inviter à commencer une nouvelle vie l’âge avançant avec de nouveaux métiers de l’accompagnement des seniors comme les care manager (modèle suédois), life coach pour senior (univers du développement personnel), APPV (assistant au projet et parcours de vie).

Accédez au communiqué de presse de l’étude Vieillir heureux de l’Observatoire Fabrique Spinoza, le dossier de presse (38 pages) et l’étude dans son intégralité (405 pages).

Partager cet article