Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Aménager son logement

Aides techniques pour se déplacer : le fauteuil comme sur des roulettes

Temps de lecture 4 min

1 commentaires

Qu’il soit classique ou électrique, l’achat d’un fauteuil roulant ne s’improvise pas. Il s'agit d'une part d'équipements onéreux, mais surtout dans lequel l'utilisateur passera sans doute beaucoup de temps. Mieux vaut faire appel à un professionnel pour être bien accompagné, comme un ergothérapeute.

Et dans tous les cas, quel que soit le modèle retenu, prêter attention aux éléments suivants :

  • L’encombrement ;
  • La maniabilité ;
  • Le service après-vente ;
  • La possibilité d’adapter des options spécifiques ;
  • L’assise. Elle ne doit pas être trop large : la largeur du bassin, à laquelle il faut ajouter un centimètre de chaque côté ;
  • Le dossier. Certains sont inclinables, d’autres non ;
  • Les accoudoirs. Il est intéressant qu’ils soient réglables en hauteur, escamotables et, si possible, amovibles ;
  • Pour les modèles électriques, tenez compte de la puissance et l’autonomie.


L’idéal est bien sûr d’essayer le fauteuil là où il sera utilisé. Vérifiez qu’il passe bien dans les couloirs, dans l’ascenseur, qu’il entre dans le coffre de la voiture, etc. 

Le fauteuil traditionnel

Ses grandes roues arrière sont pourvues de mains courantes permettant la propulsion par l’utilisateur lui-même. Il existe des modèles avec des roues plus petites appelés fauteuil de transfert ou fauteuil à pousser.

Les questions à se poser avant de choisir

Combien de temps l’utilisateur passe-t-il dans son fauteuil ? La réponse induira le besoin d’équipements améliorant le confort (dossier plus haut, assise inclinable, appui-tête, repose jambes…).

Le fauteuil doit-il être transporté régulièrement ? Si oui, mieux vaut choisir un modèle léger ou pliable. Les ultra-légers pèsent un peu plus de 6 kilos.

Combien ça coûte ?

A partir de 200 euros pour un fauteuil roulant classique, 300 euros pour un fauteuil léger et 1000 euros pour un fauteuil confort”, les modèles les plus sophistiqués pouvant être facturés plusieurs milliers d’euros.

Le fauteuil électrique

Beaucoup plus cher, le fauteuil électrique s’adresse aux personnes ayant perdu la mobilité des membres supérieurs. Compte tenu du prix, un essai à domicile, dans ses conditions ordinaires de vie, est ensuite indispensable,

Le scooter à 3 ou 4 roues, à la différence du fauteuil électrique, s’utilise exclusivement à l’extérieur.

Combien ça coûte ?
A partir de 2000 euros pour un fauteuil électrique mais tout dépend du degré de perte d’autonomie et du service attendu : les prix peuvent facilement doubler voire tripler.

Pour un scooter, compter 1000 à 3500 euros mais attention, ils ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale.

Une procédure spécifique
La prise en charge par l’Assurance maladie des fauteuils roulants électriques est soumise à une demande d’entente préalable.

Cette demande doit inclure un certificat d’essai réalisé avec une équipe pluridisciplinaire composée d’un médecin de médecine physique et de réadaptation et d’un ergothérapeute ou d’un kinésithérapeute.

Il s’agit d’attester que le fauteuil est adapté aux besoins et possibilités du demandeur.

Les tout-terrain : Bécasine et Joëlette

La Bécasine, créée par un designer industriel belge en 2013, et la Joëlette, imaginée par le Français Joël Claudel, accompagnateur en montagne, sont deux modèles de fauteuils innovants permettant aux utilisateurs de participer à des courses, des randonnées ou des balades dans la nature.

Des fauteuils spécialement conçus sont équipés de bras pour permettre à un, deux ou quatre porteurs de faciliter le déplacement de l’utilisateur.

Depuis, la gamme Joëlette s’est enrichie, avec Sofao, une version pour la baignade, et Bi-Ski, pour les sports d’hiver.

Il faut compter 1200 euros pour une Bécasine, 3000 euros pour une Joëlette simple : un coût élevé pour un usage ponctuel. Mais ces fauteuils tout-terrain peuvent s’avérer intéressant pour des associations ou des collectivités.

Ainsi, l’office de tourisme de la ville de Metz s’est équipé en juin dernier de deux joëlettes pour pouvoir proposer des visites guidées de la ville aux personnes à mobilité réduite.

Quelle prise en charge ?

Tout dépend du type de fauteuil choisi : mieux vaut consulter la liste des produits et des prestations de l’Assurance maladie avant d’acheter.

Pour le renouvellement, l’Assurance maladie fixe des échéances… mais elle ne remboursera le nouveau fauteuil que si l’ancien est vraiment hors d’usage ou inadapté à son utilisateur.

De même, le renouvellement peut être accordé avant la fin de ce délai, après avis du médecin-conseil.

Contactez votre caisse d’assurance maladie.

Les mutuelles, la prestation de compensation du handicap (PCH) et l’Apa (allocation personnalisée d’autonomie) peuvent aussi prendre en charge une partie du coût.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès de la MDPH ou du Clic le plus proche.

Où les trouver ? Où se les procurer ?

Dans certains Cicat (centres d’information et de conseil sur les aides techniques), dans les salons spécialisés ou chez les installateurs.

Partager cet article

Sylvie van Ryswyck

Bonjour, j ai demandé au médecin conseille de faire un checop?? pour l instant je n ai pas de reponse,je suis assez pressée, car je ne suis pas bien ; il parait que j ai droit a un fauteuil relaxant, je suis a 100% répondez moi s il vous plait Merci

Sur le même sujet