Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Aménager son logement

Aides techniques pour se déplacer : rock'n'rolateurs, quand la canne ne suffit pas

Temps de lecture 3 min

0 commentaires

Déambulateur, rolateurs : ces deux accessoires permettent de se déplacer seul, sans l’aide d’un tiers. S’ils sont très utiles, ils souffrent en France d’une image mitigée, contrairement à d’autres pays européens (Allemagne, Pays-Bas) où ils sont monnaie courante dans l’espace public.

rock'n'rollateurs

Outils essentiels pour gagner en autonomie, ces accessoires d’aide à la marche mériteraient d’être plus répandus. Saluons à ce propos l’initiative de l’association Prendre soin du lien, qui organise depuis 2016 à Bordeaux la Mobil’Aînés, une marche intergénérationnelle qui a pour but de changer les regards sur ces personnes âgées qui se déplacent en rolateur.

« Les personnes concernées, notamment âgées, doivent se sentir à l’aise dans l’espace public et ne pas avoir honte de sortir en rolateurs », soulignait Christine Cocuelle, l’organisatrice de la marche en 2016.

Les clefs pour choisir un modèle adapté.

Pour l’intérieur, le modèle fixe à patins

Le modèle classique, rigide et dépourvu de roulettes. 

Comment ça marche ?

On prend appui dessus pour avancer, on s’arrête, on le soulève et on le pose un peu plus loin. 

Les +

  • prix
  • facilité d’utilisation
  • utilité accrue, surtout pour les modèles réversibles qui permettent de se relever facilement des toilettes

Les -

  • réservé aux petits déplacements, à l’intérieur
  • démarche très lente
  • doit être porté pour être déplacé

Les critères de choix

  • le poids
  • la hauteur : est-il réglable ?
  • l’encombrement : peut-il passer facilement partout ?
  • la praticité : est-il réversible, pliable ?

Combien ça coûte ?

Moins de 60 €, soit le tarif remboursé par la Sécurité sociale.

Pour être plus autonome : les modèles à roulettes (rollators, rolateurs)

Equipés de deux, trois ou quatre roues, ils servent à se déplacer aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Comment ça marche ?

Selon la capacité de l’utilisateur à gérer ses changements de direction, des roues fixes ou pivotantes permettent d’avancer facilement en s’appuyant.

Pour ceux qui ne peuvent pas marcher, même en s’appuyant, le déambulateur avec appuis brachiaux peut être envisagé (à partir de 425 €).

Les +

  • le choix
  • la plus grande autonomie procurée

Les -

  • l’équilibre : les modèles à deux roues sont réservés aux personnes ayant conservé un certain équilibre, sinon, elles risques de partir en avant avec le cadre
  • le prix

Les critères de choix

  • le poids
  • le poids supporté
  • la hauteur : est-il réglable ?
  • l’encombrement : peut-il passer facilement partout ?
  • les freins : sont-ils faciles à manipuler ?
  • la présence d’accessoires : siège de repos, porte-canne, panier…
  • les roues : sont-elles fixes ou peuvent-elles pivoter ?

Combien ça coûte ?

A partir de 70 € pour un modèle à deux roues, 80 € pour un modèle à quatre roues.
Mais les prix peuvent grimper jusqu’à 400 euros. 

La plus originale : la draisienne d’intérieur

Encore assez peu répandues, les draisiennes seniors sont proposées à notre connaissance par deux fabricants français, WellPedy et Modelito Home. Il existe aussi des modèles d’extérieur.

Comment ça marche ?

L’utilisateur s’installe en position assis-debout sur la selle et se sert de ses jambes pour avancer. 

Les +

  • l’utilisateur peut lâcher les mains du guidon et donc effectuer diverses tâches facilement
  • la selle supprime le poids du corps sur les jambes
  • facilite les transferts de la position assise à debout et inversement.
  • maniable
  • faible encombrement

Les -

  • un mode de déplacement innovant… auquel il faut s’habituer
  • le prix
  • l’absence de freins
  • le poids (8 à 10 kg)

Combien ça coûte ?

Entre 350 et 400 euros.

Quelle prise en charge ?

La Sécurité sociale peut accorder une prise en charge, sous réserve qu’il y ait prescription médicale.

Mais le même tarif (53,81 euros) étant appliqué à tous les modèles, seuls les modèles de base sont intégralement remboursés.

La location est elle aussi remboursée, avec une dégressivité au-delà de six mois.

En savoir plus sur la prise en charge des aides techniques

Où voir ces matériels ?

Dans certains Cicat (Centre d’information et de conseil sur les aides techniques), dans les salons spécialisés ou chez les installateurs.

Et pour vous conseiller, vous pouvez faire appel à un ergothérapeute.

Partager cet article

Sur le même sujet