Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : ensemble contre la ...

Edito : ensemble contre la terreur

Face à nos peurs


Partager :

Annie de VivieJ'ai quitté la Cité des Sciences à Paris, vendredi soir, forte de deux jours de colloque intenses sur les approches non médicamenteuses, forte des envies et des espoirs d'un millier de professionnels du prendre soin, portée par la conclusion de Didier Lesueur de l'Odas et son "Appel à la fraternité".

Rentrée chez moi, bien fatiguée, je n'ai pas ouvert les chaines d'infos. Je me suis couchée quand mon téléphone a vibré avec plusieurs messages angoissés "Vous allez bien ?". Reconnectée, j'ai découvert l'horreur qui se déroulait à deux pas de chez nous. Dans une salle de concert où j'aurais pu me rendre avec mes proches.

Paris 13 novembre 2015Impossible alors de fermer l'oeil, je me suis ruée sur les réseaux sociaux pour prendre des nouvelles et découvrir des amis d'amis pris au piège au Stade de France, dans les cafés visés.

Je n'ai pas à déplorer de victimes parmi mes très proches, mais comment ne pas ressentir très profondément la violence et la douleur des personnes touchées et de leurs familles.

Je tiens à saluer l'action des forces de l'ordre, des personnels de santé, des pompiers, mobilisés, exemplaires, tout comme ces citoyens qui ont ouvert leurs portes aux personnes prises au piège, aux taxis qui ont coupé leur compteur pour les ramener chez elles.

J'ai repensé aux scènes de guerre vécues par mes proches (dans le Nord de la France).

Je n'ai pu m'empêcher d'aller me recueillir hier près du Bataclan.

Sur la place de la République flottait une banderolle "Fluctuat nec mergitur", la devise de Paris : "Battu par les flots, mais ne sombre pas ».

Symbole paris 13 novembre 2015Oui, c’est bien notre démocratie qui est visée et notre capacité à défendre notre devise républicaine, tout particulièrement la fraternité.
A nous de lutter pour notre cohésion sociale et notre unité, mises à mal.
A nous de réduire nos fractures, d’empêcher les risques de dérive, d'amalgame, de haine de l'autre.
A nous de prendre conscience de l'importance du respect et de la défense de nos valeurs humanistes, des valeurs du soin (sollicitude, non abandon) qu'Emmanuel Hirsch a rapproché des valeurs de la République lors de notre colloque.

Le "vivre ensemble" est menacé. La société pour tous les âges est à remobiliser pour elle-même, pour la planète. 

Nos anciens peuvent témoigner qu'il vaut mieux être "ensemble contre la terreur".


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

hencar

17/11/2015 18:11

Jamais la guerre


merci a notre président...;.on tue des innocents (nos bombes sont intelligentes a les croire: la réalité est tout autre )eux ils tuent nos enfants,rien de tel pour faire monter le racisme et monter une communauté contre les autres pour nous diviser c'est peut etre l'objectif caché



WELLPEDY

17/11/2015 11:11

De traitement non médicamenteux le contre la HAINE


Excellent texte
Nous sommes avec vous
JB



florence.fresnel

17/11/2015 08:11

Avocat


Quand on se bat pour nos ainés, en ces jours et ces nuits terribles vécues et d'autres que nous vivrons, on apprend d'eux , comme cela est si justement dit dans la chute de cet éditorial que ce sont eux qui nous enseignent qu'il faut résister puisqu'ils sont là. Leur présence dans notre sociéte est un bien précieux qu'il faut conserver pour entendre d'eux dans leur silence et dans leurs dires la force de la précieuse vie.
Merci de ce texte 




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -