Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : au-delà de cette limite…

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 25/11/2013

0 commentaires

… votre ticket n’est plus valable

Annie de VivieJe pense souvent au roman de Romain Gary Au ‑delà de cette limite votre ticket n’est plus valable”, qui date de 1975, quand je vois le regard que l’on porte sur les vieilles personnes.
Un regard tellement négatif, lourd, culpabilisant.
Un regard qu’elles ont intégré, au point de choisir de s’auto-détruire, de se suicider, seules ou en couple. Que certains choisissent le suicide dans un Palace 5 étoiles ne change rien à l’affaire.


Arrêtez de nous prendre pour des vieux !”, interpelle Muriel Boulmier dans son livre qui déboulonne les idées reçues sur ces vieux nantis, oisifs, inutiles…

Quelle drôle de société qui prône le jeunisme, l’activisme, la croissance à tout crin… et qui oublie ce qui fait société : le vivre ensemble, aujourd’hui et demain.
Le prix du même nom que nous avons lancé avec la Caisse des dépôts et Icade rencontre un succès grandissant. Les réalisations exemplaires, les idées innovantes que nous récompensons sont motivantes, positives, concrètes et surtout reproductibles.

Elles invitent l’âge dans les politiques publiques, à tous les niveaux, et notamment au niveau local (communal et intercommunal, niveaux que veulent renforcer la Caisse des dépôts et l’Unccas : union nationale des centres communaux d’action sociale);

A la veille des élections municipales, Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’autonomie, a rappelé que les vieux votent. Qu’il fallait adapter notre société au vieillissement, que cette réalité n’était pas un poids mais un défi positif, activant la naissance d’une filière industrielle, la Silver Economie.

Elle a obtenu un calendrier (tardif à 2015) pour sa loi de programmation. Mais pas encore d’arbitrages clairs et ambitieux pour l’aide à l’autonomie (sans discrimination liée à l’âge), concernant les restes à charge des services à domicile, des résidents de maisons de retraite. La réforme de la gouvernance du système reste à venir : outil d’évaluation validé, filière de proximité (inter-communalité) labélisée…

Ces arbitrages nécessiteront une mobilisation des acteurs concernés (professionnels de l’aide, des soins, aidants familiaux…) mais aussi et surtout de la société dans son ensemble. Je ne peux que vous inviter à signer les pétitions en cours : la carte adressée au Président de la République par la Cfdt-retraités et Agevillage, la pétition pour une loi autonomie, et celle pour l’aide à domicile.

L’enjeu est de vivre ensemble, quatre à cinq générations les unes à côté des autres, dans une société pour tous les âges.
Afin de ne pas être amené à auto-programmer notre propre disparition, fut-ce dans un palace parisien.

Partager cet article

Sur le même sujet