Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

De la gentillesse

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 06/11/2017

0 commentaires

Journée mondiale

La journée mondialeAnnie de Vivie de la gentillesse ce 3 novembre me permet de revenir sur cette qualité que vous, lecteurs d’Agevillage, vous les seniors, les proches aidants, les professionnels de la gérontologie vous mettez le plus souvent en avant.

Dans les listes des critères pour donner son avis sur une maison de retraite, dans notre annuaire de 30 000 solutions locales, vous avez choisi de mettre l’accent sur la gentillesse des professionnels qui prennent soin au quotidien.

Dans les actions intergénérationnelles dynamisantes comme Défi’Frip cette semaine, dans les actions artistiques (voir Huguette the power” cette semaine), dans les services de conciergerie pour seniors ou dans les relais à domicile pour accompagner la difficile maladie d’Alzheimer que l’on cherche à prédire : c’est le professionnalisme et la gentillesse qui sont le plus mis en avant.

Peut-on professionnaliser la gentillesse ?


C’est le défi qu’a relevé le Label Humanitude, 1er label de bientraitance. Les établissements et services engagés vers le label et labellisés s’engagent sur des soins tout en douceur, le respect de l’intimité, la singularité, la recherche de la verticalité pour ne pas devenir grabataire, l’ouverture sur l’extérieur, des lieux de vie — lieux d’envies !
Des critères, des indicateurs viennent mesurer le respect de ces principes, le professionnalisme des gestes, du prendre soin. Ils ont été filmés pour France 5 dans le magnifique documentaire Et guérir de tendresse”. La tendresse qui rime si bien avec gentillesse.

C’est la présidente de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), l’ancienne ministre Marie-Anne Montchamp qui viendra remettre les labels Humanitude 2017 ce 9 novembre à la Cité des Sciences dans le cadre de notre colloque annuel sur les approches non-médicamenteuses.

L’occasion de saluer le professionnalisme des équipes labellisées, qui rassurent les proches par leur gentillesse. La qualité de leur prendre soin se traduit par des équipes remotivées ayant moins d’accidents du travail, des résidents qui vont beaucoup moins à l’hôpital, qui consomment moins de neuroleptiques.

On le voit la gentillesse, c’est positif pour les comptes publics, pour l’intérêt général.

Je n’aime pas dire du mal des gens… mais effectivement il est gentil”.
Cette réplique culte du Père-Noël est une ordure” nous rappelle que la gentillesse, la bienveillance ça rime aussi avec exigence et excellence, notamment quand il s’agit de prendre soin de la maladie, de la vulnérabilité, de la fragilité. Rien n’est possible sans compétences, techniques, sans un environnement adapté, ajusté… sans professionnalisme.

Cette qualité (professionnelle) demande donc beaucoup d’énergie, d’engagements du management, de négociations pour des budgets concordants avec les besoins en soin des personnes fragilisées.

Ces équipes professionnelles ont besoin de nous, de notre soutien (y compris financier), de notre reconnaissance.

Elles comptent aussi sur notre gentillesse.

Partager cet article