Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Créer un accueil de jour pour personnes âgées : un vrai projet à élaborer dans les règles

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 06/05/2019

3 commentaires

Réponses aux questions régulièrement posées par nos lecteurs



La question nous est posée très régulièrement : nombre de nos lecteurs semblent avoir un projet de création d’accueil de jour et nous interrogent sur la marche à suivre. Rappel des règles en vigueur et des bonnes questions à se poser avant de se lancer.


Le projet rentre-t-il dans le cadre réglementaire ?

Avant de rentrer dans les détails, il est essentiel de définir ce qu’est un accueil de jour : il s’agit d’une structure qui permet « daccueillir des personnes présentant une détérioration intellectuelle et vivant à domicile pour une ou plusieurs journées (…) dans des structures autonomes ou rattachées à un établissement type Ehpad (…) dans des locaux dédiés à cet accueil (…) dans une politique de soutien à domicile », précise une circulaire du ministère de la Santé.

L’accueil de jour a donc pour vocation première d’accueillir des personnes souffrant d’une maladie neuro-dégénérative, et donc particulièrement fragiles.

Il peut aussi s’adresser aux personnes âgées en perte d’autonomie physique, si elles le souhaitent.

En conséquence, ce type de dispositif est très encadré.

D’abord, l’accueil de jour doit disposer de personnel qualifié et compétent.

A minima, d’un infirmier, d’un psychologue et d’un aide médico-psychologique, à temps plein ou à temps partiel.

Ensuite, chaque personne accueillie doit bénéficier d’un projet individualisé d’accompagnement, et l’accueil de jour doit avoir un projet de service, afin de préserver et soutenir l’autonomie des personnes accueillies.

Enfin, il doit travailler en lien avec le médecin traitant et en concertation avec les autres professionnels qui suivent les personnes accueillies.

Quelles sont les bonnes questions à se poser ?


Il est nécessaire de :

• Bien définir le type d’accueil que l’on souhaite réaliser.
• S’assurer qu’il correspond bien à un besoin local.
• Disposer des locaux nécessaires et s’assurer de leur réelle adaptation : ils doivent être sécurisés et confortables.
• Elaborer un véritable projet d’accompagnement.
• Disposer du personnel qualifié nécessaire.
• Bien connaître le coût de mise en place d’un tel dispositif.
• S’assurer du financement.

Quelles sont les démarches à accomplir ?


Idéalement, commencer par contacter les acteurs présents sur le territoire, comme le Clic (coordination locale d’information) et les associations de malades et de familles pour connaître l’offre et les besoins locaux.

Ensuite, obtenir les autorisations nécessaires. Les accueils de jour sont des établissements médico-sociaux, et doivent à ce titre obtenir une autorisation du Préfet et du Conseil départemental.

Ensuite, se faire connaître auprès de tous les professionnels concernés : médecins, services d’aide à domicile, etc.

Quels sont les financements possibles ?


L’Assurance maladie finance la partie soins, le Département peut financer la partie liée à la dépendance via l’Apa (allocation personnalisée d’autonomie), si la personne accueillie en est bénéficiaire. Une partie reste à la charge des personnes accueillies.

Des financements peuvent être aussi obtenus via la Ville, le conseil régional, des entreprises… 

Je souhaite accompagner des personnes âgées en perte d’autonomie mais toutes ces démarches me paraissent compliquées… Que faire ?

Vous pouvez vous lancer dans l’accueil familial, qui consiste à accueillir des personnes âgées chez vous, de manière permanente ou temporaire, à temps complet ou à temps partiel, moyennant rémunération. Elles peuvent être trois au maximum.

Pour cela, plusieurs conditions à remplir : 

  • Le logement doit permettre d’assurer la santé, la sécurité, le bien-être physique et moral des personnes accueillies.
  • Chaque personne accueillie doit disposer d’une chambre de 9 m² minimum.
  • L’accueillant familial doit être formé.
  • L’accueillant familial doit être agréé par le Conseil départemental.
A lire
Partager cet article

Froissart Isabelle

Bonjour
Je suis au début de monter mon projet qui serait aussi d'ouvrir un accueil de jour.
D'où êtes-vous ? De quelle région ?

Chenin Valerie

Bonjour,
Une étude a été faite par une association de village ,démontrant de la part des aidants familiaux une demande importante de besoin de journées de répit.
Pour cela je souhaite créer un accueil de jour.
Je suis aide médico- psychologique/ ASG.
J'ai besoin d'aide pour mener à bien ce projet.

Emeline Durand

Bonjour j'aimerai aussi crée un accueil de jour . Si vous avez reçus de l'aide ou des conseil a donné je suis preneuse.

Sur le même sujet