Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Edito : La crise sanitaire sensibilise aussi au risque de maltraitance des plus âgés

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 15/06/2020

0 commentaires

Risques d’une société qui ne se prépare pas à son vieillissement

En ce 15 juin 2020, journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des plus âgés, comment ne pas être interpelé par les échos de la crise sanitaire ?

Une crise qui a pointé notre âgisme individuel, collectif, inconscient pour peut-être, demain, nous inviter à envisager de vieillir.

Et si le monde d’après” osait se projeter dans une société reconnaissant son vieillissement, avec quatre voire cinq générations vivant les unes à côté des autres, avec la même citoyenneté, sans omettre ni cacher la mort au bout du parcours ?

Et si on osait accompagner dignement avec des personnels qualifiés, formés, soutenus, valorisés ?

Et si on osait anticiper ces derniers temps de la vie même si c’est très intime, très particulier, très personnel comme le montre l’ancienne journaliste radio/​TV

Pascale Clark dans son livre Mute ?

Et si on osait soutenir les proches aidants : ceux qui travaillent (ou télétravaillent en période de crise sanitaire) et subissent des charges mentales élevées ?

Et si on osait reconnaître, organiser, financer les besoins de répits de ces proches aidants, thème du plaidoyer 2020 du Collectif Je t’aide auquel Agevillage collabore ?

Parce que la question du financement de l’aide et des soins au grand âge continue de poser question : au regard des retraites moyennes, qui baissent en euros constants.

Et si la promesse d’un nouveau risque, d’un 5eme risque de protection sociale, devenu moins tabou, voyait vraiment le jour ?

La pression financière est repérée par les experts comme une des premières causes de maltraitance des plus âgés, avec le non-accès au droits, aux aides (connaissez-vous les Pimms ?), avec les risques de huis clos, de repli sur soi, d’isolement.

Le déconfinement a été confirmé par le président de la République ce 14 juin : il s’adresse à tous les citoyens, ceux qui vivent à leur domicile historique, chez un accueillant familial, ceux qui vivent en Ehpad, avec conscience des risques et des meilleures mesures de protection associées.

Ce déconfinement sonne le retour des suivis des traitement médicaux avant la prochaine fête de la musique qui se déroulera sous des formes innovantes.

Au lendemain de cette journée mondiale contre la maltraitance 2020 qui restera surement dans nos mémoires.
Partager cet article