Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Alzheimer : une molécule pour ralentir la formation des plaques amyloîdes ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 17/09/2012

0 commentaires

De nouveaux essais en cours

Le bapineuzumab, un anticorps monoclonal inventé par les laboratoires pharmaceutiques américains Pfizer et Johnson & Johnson ne guérit pas la maladie d’Alzheimer.
Fin août, les essais cliniques financés par les deux laboratoires ont donc été arrêtés. En revanche, Pfizer et Johnson & Johnson ont annoncé le 13 septembre que cette molécule pouvait présenter un intérêt – lequel reste à démontrer — pour les malades qui en sont aux premiers stades de la maladie. 

Le bapineuzumab a révélé au cours des essais cliniques qui viennent d’être arrêtés qu’il ralentissait de manière significative la formation des plaques amyloïdes qui recouvrent le cerveau et passent pour être l’un des symptômes clés de la maladie d’Alzheimer. Ce ralentissement de la formation des plaques amyloides n’a pas été constaté de manière uniforme mais sur un sous groupe de patients seulement. 

Même si la molécule n’a pas de conséquence positive pour les personnes qui sont à un stade avancé de la maladie, mais de nouveaux tests sont menés pour vérifier que le ralentissement dans la formation des plaques pourrait avoir un effet retardateur des symptômes de perte de mémoire pour les personnes qui en sont aux premirs stades de la maladie.

Les résultats de ces nouveaux essais seront présentés lors d’un prochain congrès consacré à la maladie d’Alzheimer.

Partager cet article