Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Bernard Pivot a 82 ans et la vie, la baise continuent !

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 11/01/2021

0 commentaires

Les sourcils sont toujours aussi fournis, les cheveux en bataille et bien blanchis : Bernard Pivot a 82 ans, autant en rire ! L'éditeur, homme de télévision présentateur d'Apostrophes, activiste sur Twitter a 82 ans, partage ici les réalités paradoxales de la vieillesse, du grand âge, avec un certain Octo et sa bande de copains. Sans tabou, affrontant les soucis de santé et la mort qui rôde, il nous invite au rire, mais surtout à l'amour et au sexe, jusqu'au bout !

La joie d’être toujours en vie

Avec sa verve et son piquant, l’auteur pointe les travers et les joies de cette vie au grand âge : les pertes, les douleurs, les ronchons, les conneries du monde mais aussi ses joies, les rires, les amis, les amours. Parce que la solitude est belle… quand on a près de soi quelqu’un à qui le dire (page 184).

Au grand âge de se secouer estime l’auteur : de continuer de perdre un pari et de se retrouver tatoué, d’affronter le 6eme continent informatique et surtout l’ennui immobile des vieillards désœuvrés. D’autant plus facile que les moyens économiques, financiers, relationnels sont là.

Ne jamais renoncer à la baise

C’est LA question qui revient dans les interviews à l’occasion de la sortie du livre : A votre âge, vous faites toujours l’amour ?

Au grand âge, on écrit baiser” mais on dit faire l’amour” constate l’auteur (page 134). Or il se décrit comme primate en cage” lors des confinements et savoure ces heures passées ensemble d’autant plus exquises qu’elles sont illégales”. Ne jamais s’arrêter de baiser, rester en lien, curieux, sont les engagements clés qu’il nous invite à suivre.

L’ogre Alzheimer

Si la mort à l’affût s’immisce dans les têtes et frappe les proches, elle se dépasserait à un certain âge”. Mais c’est CI2A qui terrifie le plus : cancer, infarctus, AVC et surtout Alzheimer. Les amis du héros égrainent leurs bobos, plus ou moins graves, leurs astuces pour y faire face et témoignent d’une vie sans régime, en lien les uns avec les autres, où l’amour mine de rien et la baise triomphent. L’auteur n’aborde pas la maladie qui le hante. Il n’y est pas confronté.

Dommage.

Ce silence autour d’Alzheimer et de la vie qui va avec, est assourdissant. On aurait aimé que le regard piquant, la verve et l’énergie d’un Bernard Pivot vienne nous aider à faire bouger les lignes autour de cette difficile réalité.

Le sujet d’un prochain livre, de prochains tweets ?

…Mais la vie continue
Bernard Pivot
Albin Michel
224 pages — 19,90 €

Partager cet article