Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Comment faire la différence entre la maladie d’Alzheimer et la maladie à corps de Lewy ?

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 2 min

Date de publication 06/09/2021

0 commentaires

150 000 personnes sont concernées par la maladie à corps de Lewy

La journée mondiale de la maladie d’Alzheimer aura lieu le 21 septembre. L’occasion de faire un zoom sur la maladie à corps de Lewy, deuxième maladie neuro-évolutive la plus répandue, mais trop souvent confondue avec Alzheimer ou Parkinson.

La maladie à corps de Lewy toucherait environ 150 000 personnes en France. Mais deux malades sur trois ne seraient pas ou mal diagnostiqués.

La maladie présente en effet des symptômes qui peuvent faire penser à Alzheimer, mais aussi à Parkinson. Catherine Laborde avait ainsi reçu un diagnostic de maladie de Parkinson en 2014, avant qu’une malade à corps de Lewy lui soit diagnostiquée quelques années plus tard.

Comment, alors, apprendre à faire la différence ?

« Actuellement, le diagnostic de la maladie à corps de Lewy repose sur des signes cliniques et sur des examens spécialisés. Néanmoins le diagnostic reste difficile car certains signes cliniques sont communs à la maladie d’Alzheimer et à la maladie à corps de Lewy. De plus, certains symptômes sont parfois absents ou, au contraire, sont attribués à d’autres maladies neurodégénératives, comme la maladie de Parkinson », explique le docteur Josué Cléry, gériatre et étudiant en master 2 biologie du vieillissement.

La maladie à corps de Lewy se caractérise en effet par :

  • Des hallucinations visuelles, parfois auditives qui sont propres à la maladie et apparaissent généralement dès les premiers stades ;
  • Des problèmes de perception visuelle et spatiale ; 
  • Des troubles de l’attention (souvent confondus avec des troubles de la mémoire) ;
  • Des fluctuations des états cognitifs (changements imprévisibles dans la concentration, l’attention, la vigilance et l’éveil) ;
  • Des problèmes moteurs (marche, écriture, expression figée, troubles de l’équilibre…)
  • Des troubles du sommeil ;
  • Des changements du comportement et de l’humeur (apathie, agitation, anxiété, état de paranoïa…).

Le docteur Cléry mène actuellement une étude sur la phospho alpha-synucléine, un biomarqueur qui permettrait de différencier la maladie à corps de Lewy et la maladie d’Alzheimer, en vue d’aboutir à un diagnostic précis et précoce.

Pour en apprendre davantage sur ces deux maladies, la fondation Vaincre Alzheimer propose de participer au quiz Qui veut gagner des neurones ? Les participants peuvent tenter de remporter une visite de laboratoire de recherche.

Et les personnes concernées par la maladie à corps de Lewy peuvent se rapprocher de l’association des aidants et malades à corps de Lewy (A2MCL).

Partager cet article