Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Covid-19 : de nouvelles stratégies pour éviter un reconfinement généralisé

Auteur Rédaction

Temps de lecture 5 min

Date de publication 22/02/2021

0 commentaires

Auto-isolement des plus fragiles, durée d’isolement prolongée, vaccination…

Si la situation sanitaire semble contenue au plan national, avec des indicateurs à la baisse la semaine dernière par rapport à la semaine précédente, la propagation du covid-19 est loin d’être homogène avec des territoires particulièrement touchés. La progression des variants, particulièrement du variant britannique, continue d’inquiéter, ce qui a conduit à des ajustements stratégiques et de nouvelles recommandations. Le point au 22 février 2021.

Les nouveaux cas confirmés, les hospitalisations et le taux d’incidence affichent des taux en baisse la semaine dernière, parfois conséquents : — 10 % pour les hospitalisations et – 9% pour les cas confirmés.

Mais les variants, notamment le variant 20I/501Y.V1 identifié initialement au Royaume-Uni qui compte désormais pour 36 % des cas positifs. Une progression qui menace l’équilibre obtenu en termes de transmission, alerte Santé publique France.

Avec une situation très disparate sur le territoire : Mayotte, très touchée, ne dispose plus que de 10 % de ses lits de réanimation. A Nice, les autorités viennent d’opter pour un reconfinement le week-end. Selon le maire Christian Estrosi, la situation sanitaire est « catastrophique au niveau départemental », avec un taux d’incidence trois fois supérieure à la moyenne nationale.

Vers un auto-isolement des plus fragiles ?

Face à la situation, le Conseil scientifique, dont les avis n’étaient plus rendus publics depuis quelques semaines, est revenu sur le devant de la scène. En s’élargissant, d’une part, de nouvelles spécialités – dont la gériatrie, représentée par le Pr Olivier Guérin, chef du pôle gériatrie au CHU de Nice et président de la Société française de gériatrie ; mais aussi en prenant la parole.

Cinq de ses membres signent ainsi une tribune parue dans la revue médicale The Lancet Public Health, appelant à « un contrat social clair et transparent » entre les générations, indique France Bleu.

Un modèle dans lequel les plus jeunes continuent à appliquer les gestes de prévention contre le coronavirus et où les plus fragiles, en contrepartie, s’engagent à s’auto-isoler.

Une stratégie qui semble contradictoire avec les orientations prises par le gouvernement : lundi 15 février, la ministre de l’Autonomie Brigitte Bourguignon lançait en effet le comité stratégique de lutte contre l’isolement des personnes âgées.

Et qui entrainerait de nombreux effet délétères sur la santé mentale et psychique des concernés. Malgré la pandémie, il est essentiel de maintenir des liens et de compenser toutes les situations d’isolement.

S’isoler plus longtemps face aux variants

A ce jour, pour réduire la transmission des variants, le gouvernement mise sur un isolement renforcé des cas positifs et cas contacts.

Dans une note du 7 février aux professionnels de santé, la Direction générale de la santé indiquait ainsi que les personnes contaminées par les variants sud-africain ou brésilien devaient rester en quarantaine dix jours plutôt que sept.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé jeudi dernier que cette quarantaine de 10 jours serait désormais la règle pour tous les cas positifs à compter de ce lundi 22 février.

« Certaines études scientifiques évoquent la possibilité que les variants seraient responsables d’une durée de contagiosité plus longue que le Covid classique », a expliqué le ministre de la Santé.

Consignes vaccinales revues

Autre arme contre la lutte contre le coronavirus, le vaccin qui semble donner de bons résultats. En Israël, qui a vacciné vite et fort, le déconfinement est aujourd’hui à l’ordre du jour. Avec près de 30 % de sa population vaccinée (et 50 % des personnes de plus de 16 ans),le pays enregistre une forte baisse de la mortalité et des contaminations.

En France aussi les nouvelles sont encourageantes : ces deux dernières semaines, l’incidence du Sars-CoV‑2 a baissé de 29 % chez les 75 ans et plus. Le taux de positivité a quant à lui diminué de 1,9 point.

Des baisses liées notamment aux campagnes de vaccination, analyse Santé publique France : 19au 16 février 2021, 22,5 % des plus de 75 ans avaient reçu au moins une dose de vaccin, ainsi que trois résidents d’Ehpad et d’USLD sur quatre.

Pour continuer à vacciner le plus de personnes possibles, la Haute autorité de Santé recommande désormais de n’administrer qu’une seule dose de vaccin aux personnes ayant eu le covid-19, dans la mesure où elles bénéficient déjà d’une immunité.

Proposition d’un pass pour les visites en Ehpad en respectant le protocole sanitaire national

Alors que les associations de familles, de proches aidants, d’habitants, de résidents d’établissements pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) réclament un ajustement des consignes d’accès face aux effets délétères des confinements, alors que certaines en arrivent à porter plainte contre des directions qui protègent et isolent, alors que la ministre chargée de l’Autonomie s’inquiète des conséquences de cet isolement, des initiatives fleurissent pour rassurer autant les professionnels que les proches.

C’est le cas de la société qui déploie l’application Tabac Info Service en partenariat avec Santé Publique et la Cnam. Ici elle s’est appuyée sur six Ehpad publics pilotes (dont celui de Remiremont) pour promouvoir ce Pass Visite Ehpad qui permet aux visiteurs de valider pas à pas, point par point, le dernier protocole en vigueur.

Nous nous appuyons sur notre expérience et nos connaissances en sciences comportementales”
, explique le Dr Rossinot, par ailleurs auteur du livre Aidants : ces invisibles. Nous invitons l’internaute à valider chaque question, ce qui lui permet de lire chaque attendu explicité. Nous savons que l’on culpabilise si l’on ment à beaucoup de questions”.

Si l’internaute a validé toutes les questions, il reçoit un QR code
, qu’il pourra imprimer pour accéder à son rendez-vous dans l’Ehpad. Nous proposons ainsi un respect du protocole sanitaire de manière égalitaire sur tout le territoire” souligne Dr Rossinot. Si le protocole n’est pas respecté et demande de repousser la visite, l’application apporte des explications et guide le visiteur pour lui permettre de reprogrammer sa visite.

Pass Visite Ehpad de Share Care France est financé sous forme d’un abonnement souscrit par l’Ehpad.

Des quizz covid viennent répondre aux questions les plus souvent posées sur la maladie, ses variant, la vaccination…

Voici le service en images 


Partager cet article