Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Le Réseau francophone Villes amies des aînés lance son label Ami des aînés

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 2 min

Date de publication 10/05/2021

0 commentaires

Objectif : 100 territoires labellisés en 2022

Depuis 2012, le Réseau francophone Villes amies des aînés (RFVAA) porte en France la démarche de l’OMS pour des politiques publiques et des territoires mieux adaptés aux besoins des plus âgés. Après avoir passé la barre des 100 adhérents en 2018, le réseau franchit une nouvelle étape en lançant son label. Explications de Pierre-Olivier Lefebvre, délégué général du RFVAA.

Après près de deux ans de travail et de consultations, le Réseau francophone Villes amies des aînés démarre la phase de test de son label Ami des aînés.

« Adhérer au réseau, c’est promettre une évolution des politiques publiques. Le label permet de passer de la promesse à l’engagement, de montrer concrètement les actions mises en place », explique Pierre-Olivier Lefebvre.

Le label Ami des aînés porte sur cinq engagements : 

  • Ma ville/​collectivité s’engage pour répondre au défi démographique du XXIè siècle ;
  • Ma ville/​collectivité s’engage à consulter et impliquer les habitants dans la construction d’une politique de l’âge ;
  • Ma ville/​collectivité s’engage dans une gouvernance multipartenariale ;
  • Ma ville/​collectivité s’engage à élaborer un état des lieux transversal sur l’usage du territoire par les aînés ;
  • Ma ville/​collectivité s’engage à réaliser un plan d’action pour soutenir le vieillissement actif et en bonne santé.

Pour chaque engagement, certains critères seront suggérés, d’autres recommandés et parfois éliminatoires. Notamment ceux qui portent sur l’implication des habitants, précise le délégué général : « vivre dans un territoire labélisé, c’est être co-acteur des politiques publiques. Le label demande un diagnostic participatif, de maintenu une dynamique de consultation des habitants dans la durée, de veiller à la représentativité des personnes âgées impliquées et de réaffirmer la citoyenneté et l’expertise d’usage des habitants ».

Le label est doté de quatre niveaux : bronze, argent, or et platine. L’idée étant que l’obtention du label ne soit pas insurmontable pour les territoires qui ont peu de moyens, mais aussi pour donner à tous la possibilité de progresser, souligne Pierre-Olivier Lefebvre.

Une fois un premier label obtenu, il sera réévalué régulièrement, a priori tous les deux ans.

Actuellement en phase de test dans trois communes aux profils variés (Limonest, Sceaux et Grenoble), le label Ami des aînés sera officiellement lancé le 2 juillet lors de l’assemblée générale du RFVAA.

« Nous espérons labelliser au moins 30 territoires en 2021, et a minima 70 de plus en 2022 », indique Pierre-Olivier Lefebvre. Aujourd’hui, le RFVAA compte un peu plus de 170 adhérents.

A plus long terme, un système de mentions thématiques, calqué sur les thématiques de la démarche Villes amies des aînés (espaces extérieurs et bâtiments ; transports et mobilité ; habitat ; information et communication ; lien social et solidarité ; culture et loisirs ; participation citoyenne et emploi ; autonomie, services et soins).

Développé avec Apave certifications, le label bénéficie du soutien du ministère des Solidarités et de la santé, de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) et de la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

Partager cet article