Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

Allègement des mesures covid-19 en Ehpad… ou pas : comment dialoguer avec la direction ?

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 3 min

Date de publication 29/03/2021

2 commentaires

Les conseils de l’Inter-CVS 91

Malgré les « recommandations pour un retour progressif à la vie sociale » en Ehpad publiées le 12 mars, de nombreux établissements continuent d’appliquer des restrictions, comme ce protocole les y autorise. Les familles, les résidents et les conseils de vie sociale peuvent cependant faire entendre leur voix.

« Mesdames et Messieurs les membres des familles, tuteurs, proches, C’est avec un profond regret que nous sommes obligés de reconfiner l’EHPAD suite au dépistage de 3 résidents positifs et d’1 agent. Tous vont très bien et sont totalement asymptomatiques mais sont positifs au variant anglais venu de l’extérieur. On comprend alors aisément la circulation active du virus et notre devoir de rester très vigilants pour la sécurité de tous. Les visites sont donc suspendues pendant 10 jours minimum, les mesures de confinement en chambre, la suspension des repas en salle à manger et des activités en petits groupe sont mises en place. Nous me manquerons pas de vous informer des suites de cet épisode qui je l’espère restera circonscrit. Merci de votre compréhension.  »

Courrier d’une directrice d’Ehpad des Hauts-de-France aux familles, 25 mars 2021

S’il autorise à nouveau les sorties des résidents et les visites en chambre, y compris pour les résidents non vaccinés, le protocole du 12 mars indique aussi que « la détection d’un cas parmi les résidents ou les professionnels des Ehpad et USLD doit conduire à une remise en cause immédiate des mesures d’assouplissement dans les établissements touchés ».

De fait, de nombreux établissements restent tout ou partiellement fermés à ce jour. Au grand dam des associations de proches aidants en Ehpad, signataires il y a tout juste un mois de la tribune Libérons les Ehpad du principe de précaution poussé à l’extrême.

Si de telles mesures venaient à être prises, comme le confinement en chambre notamment, il est essentiel que l’établissement mette en place des mesures de compensation, en renforçant la communication résident/​famille, les activités dans les logements, dans les couloirs, le recours aux ressources extérieures via les technologies (activités physiques adaptées, rencontres artistiques, intergénérationnelles…).

Toute décision d’assouplir ou non les restrictions est prise par la direction, qui doit consulter le personnel, les résidents et leurs familles, notamment par l’intermédiaire du conseil de vie sociale (CVS).

L’Inter-CVS 91 (réseau des conseils de la vie sociale des Ehpad de l’Essonne) partage ses pistes et ses constats pour débattre des mesures de protection et d’allégement.

D’abord, des CVS extraordinaires ou des consultations peuvent être organisés, à l’initiative des représentants des familles.

« A Ballainvilliers (hôpital gériatrique Les Magnolias NDLR), un CVS extraordinaire élargi a eu lieu suite à un courrier des représentants des familles inquiets du glissement de certains résidents et désireux que soient assouplies les conditions des visites », indique ainsi l’Inter-CVS 91.

Pour mesurer les conséquences des restrictions, il recommande notamment aux CVS de se renseigner sur : 

  • Le nombre d’hospitalisations et leurs causes
  • Le nombre de syndromes du glissement et leurs causes 
  • Le pesage régulier et ses résultats 
  • Les repas encore éventuellement pris en chambre, et la raison de ce choix
  • Les dispositifs sanitaires et les accompagnements mis en place pour les personnes en fin de vie
  • Les animations et les activités proposées, le retour ou non des bénévoles dans l’établissement…

Connaître ces informations aidera à avoir une vision globale et à établir un dialogue constructif avec la direction. Celle-ci doit aussi prendre en compte la protection des visiteurs en cas d’épidémie avec variant contagieux. Les recommandations des ARS (Agences régionales de santé) sont parfois pressantes.

« Les directions qui dialoguent avec le CVS s’en sortent mieux », observe l’Inter-CVS.

Il est essentiel, aussi, de bien connaître le contenu du protocole, pour savoir ce qui relève de l’obligation ou de la simple incitation. « Certains Ehpad ont même imposé un test anti-covid (antigénique ou PCR) pour chaque visite, alors qu’il ne s’agit que d’une incitation du ministère », souligne le réseau.

Partager cet article

Raphaëlle Murignieux

Bonjour, vous pouvez utiliser l'attestation de déplacement dérogatoire que vous trouverez sur le site du ministère de l'Intérieur, en cochant le motif 3 : Motif familial impérieux, assistance aux personnes vulnérables, garde d’enfants, situation de handicap, pour autoriser ce déplacement au-delà du périmètre de 10 km : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestations-de-deplacement

Pour le justificatif, une facture de l'Ehpad au nom de votre mère, ou alors si vous informez la direction de votre visite à l'avance une copie de vos échanges de mails, stipulant l'heure et la date prévue pour votre visite.

Gass

J’habite Paris et souhaiterai voir ma grand-mère âgée de 88 ans qui est en Ehpad en Alsace. Cela fait plus d’un an que je n’ai pu la visiter ( résidents confinés, puis accès interdit depuis foin 2020) et maintenant c’est enfin ouvert. Est possible et quelle dérogation dois je produire ?