Agevillage

Maisons de retraite : les recours en cas de conflits ou de litiges


Partager :

Avant que le conflit ne dégénère en maison de retraite, dans l'intérêt de la personne vulnérable, voici quelques pistes de résolution.

1. Cherchez toujours à établir un dialogue constructif avec la direction de la structure.
Identifier les faits reprochés, les dysfonctionnements à stopper. Les écrire et les hiérarchiser pour mieux les communiquer.

Faire appel au conseil de la vie sociale (CVS ) et à son président qui représente les usagers pour appuyer la démarche.

Résoudre des problèmes, avec forme et patience peut prendre du temps.

Passer trop vite à des recours, à la hiérarchie de la structure, peut provoquer une situation de blocage.

2. Si le dialogue se bloque, faites appel à un tiers. Un regard extérieur, neutre et compétent
peut permettre de résoudre les difficutés.

La loi du 2 janvier 2002 a demandé que des personnes qualifiées soient désignées par le président du conseil départemental et le préfet comme "médiateurs", "recours". Les usagers des services médico-sociaux peuvent faire appel à ces personnes qualifiées (souvent d'anciens professionnels à la retraite)... si elles sont désignées. 

... ce qui n'est pas encore le cas partout. Malgré les progrès constatés (à peine 30 % des départements les avaient désignées en 2013), un département sur cinq est encore, à l'heure actuelle, privé de personne qualifiée.

Consulter la liste 2016 des personnes qualifiées et le mode d'emploi pour les saisir


D'autres recours existent :

- Le Défenseur des droits : cette autorité constitutionnelle indépendante créée en 2008 et unique en son genre est chargée de veiller à la protection des droits et libertés et de promouvoir l’égalité.

- Les associations de familles, résidents, locales, fédérées par la Fnapaef, par le Graf (association de familles de l'AP-HP) sont composées de bénévoles impliqués.

- Les associations de malades comme France Alzheimer, France Parkinson (associations fédérées nationalement, avec des antennes départementales).

- Les associations de professionnels peuvent aussi être alertées comme médiateurs (cf. association des directeurs d'établissements et services : AD-PA).

Les tutelles, les recours si le problème persiste
- La maison de retraite peut appartenir à un groupe, un groupement, une commune. Le conflit peut amener à interpeler la hiérarchie de l'établissement.
- les élus communaux, départementaux.
- le service "personnes âgées" du Conseil départemental.
- les ARS, agences régionales de santé, pour les questions de soin et de prendre soin.
- la DGCCRF, Direction générale de la concurrence, de la consommation, de la répression des fraudes, pour les questions de tarifs, contrats
- la justice, par l'intermédiaire du Procureur de la République (informer aussi le ministère).
- la presse locale.

A consulter aussi Maisons de retraite, clauses abusives des contrats de séjour : recommandations de la DGCCRF



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Nadine

23/11/2019 22:11

Renvoi d un résident


Il faut savoir que nous familles , sommes condamnées à nous taire sous peine d’un renvoi de notre parent . Mêmes si les dysfonctionnements sont avérés , que vous avez des preuves , la direction niera et vous menacera de devoir mettre dehors votre parent . L omerta est la règle dans ses établissements et rien ni personne ne pourra faire bouger les choses , les enjeux de ce business sont trop importants . Personne ne bouge et pourtant tout le monde sait . J ai honte de ce monde d’indifférence...



Jerry

14/08/2019 16:08

Pas de Calais


Mes parents se trouvent depuis plus d’un an dans des étages séparés sans aucune possibilité de communication sauf en présence des enfants. Mon père qui est autonome est « enfermé «  avec des déficients mentaux et sans autre choix. Mes tentatives de dialogue avec le médecin et la directrice sont infructueux et on nous mêne ainsi en bateau dans ce qui rassemble à une prison et mouroir. Triste !



dagobert

30/05/2019 07:05

mise à la porte de maman de l'ehpad


Bonjour, après un séjour de 3 mois à l'hôpital maman est entrée de suite en EHPAD. Elle y est depuis 10 mois et commence seulement à accepter. Bien des choses se sont passées et moi, sa fille, en ai fait part à la Direction. Devant certains personnels j'avoue m'être énervée ce qui m'a valu convocations et autres. Je viens de recevoir une lettre recommandée avec AR m'indiquant qu'à cause de ces faits, alors que rien n'est reproché à maman, l'EHPAD me donne 1 mois pour récupérer mamaman. A l'aube de ses 95ans, déjà désorientée, la maladie faisant son chemin, que vais je faire ? trouver une place en EHPAD ressemble au parcours du combattant et je suis certaine que maman ne supportera pas e changement. Merci de vouloir bien m'éclairer et est-ce à ma maman d'être ainsi punie et jetée à la rue.



Vivi

30/10/2018 13:10

Mécontente


C'est une honte pour alez voir mon père à l hepad à Lille la d'érection à décider de ne plus lesser rentré les voitures dans le jardin c'est déjà inaccessible pour allait cœur not parents c'est déjà très dure



Philippe G

16/08/2018 10:08

Perte de l appareil dentaire de ma maman


Bonjour j aurais aimé savoir qu elle démarche prendre car la direction de l ehpad me dit qu il ne sont pas responsable de la perte de l appareil de ma maman Cordialement




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -