Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Aidant au quotidien

Je suis la seule à m'occuper de ma mère !

Temps de lecture 3 min

0 commentaires

La mère de Mme L. est entrée récemment en maison de retraite. Mme L. est visiblement épuisée. Elle a attendu l’extrême limite pour prendre la décision de « placement » de sa mère. Elle se plaint d’être quasiment la seule à s’occuper de sa mère alors qu’elle a un frère et une sœur. De surcroît, elle est la principale cible des critiques et de l’agressivité de sa mère. Situation somme toute plutôt classique… Eclairage.


Lorsqu’un parent commence à avoir besoin d’aide pour certains aspects de la vie quotidienne, c’est souvent subrepticement que s’installe le rôle principal, parfois même exclusif, de l’un des enfants de la fratrie.

Un scénario assez fréquent se produit dans les familles. Au début, l’un des enfants commence à faire les quelques tâches nécessaires pour aider ses parents quand ils n’ont pas encore besoin d’un soutien important. Les parents devenant plus dépendants, le besoin d’aide s’accroît.

« Naturellement », c’est l’enfant qui a commencé à assurer l’aide qui accroît sa charge de travail, même s’il commence à s’en plaindre dans son coin. C’est souvent à l’une des filles ou des belles-filles qu’incombe cette responsabilité.


La pression sociale est forte pour qu’il en soit ainsi. Les répartitions peuvent aussi se faire sur des critères tels que : « C’est toi qui t’en charges parce que tu habites le plus près, tu travailles à mi-temps, tu es infirmière… »

Mais les raisons sous-jacentes de ces choix sont souvent obscures ! S’occuper de ses parents vieillissants renvoie chacun à ses valeurs d’adulte et à sa propre histoire.

Il est également assez fréquent que l’enfant qui s’occupe le plus de son parent soit le destinataire privilégié de l’agressivité du parent. Est-ce parce qu’il est plus proche et que le parent s’autorise à exprimer davantage sa souffrance de cette manière ? Est-ce parce qu’il est le témoin principal des difficultés et de la dépendance de son parent qui a du mal à accepter de se montrer « défaillant » aux yeux de sa fille ou de son fils qui l’aide ? La situation de celui ou celle que l’on appelle parfois l’ « enfant désigné » n’est jamais facile.

Pour éviter le plus possible les problèmes, un conseil de famille entre frères et sœurs serait souhaitable dés que l’on sent que son parent commence à avoir besoin d’aide, risque de devenir plus dépendant.

Cette concertation ne règlera pas forcément toutes les tensions, mais il aura au moins le mérite de prendre acte de la position de chacun. Les charges pourront ainsi être réparties, si ce n’est équitablement, au moins de façon claire.

L’objectif est d’aboutir à un compromis satisfaisant pour les enfants comme pour les parents.

Il ne s’agit pas de s’accabler mutuellement de critiques et de braquer l’un ou l’autre. Vous êtes aux premières loges pour vous occuper de votre parent ? Faites part de votre fatigue, de votre difficulté à tout assumer et demandez de l’aide, au lieu de culpabiliser les autres en maugréant : « Je fais tout, vous ne faites rien », même si c’est vrai… Ils répondront sans doute plus facilement à cet appel à l’aide qu’à des reproches.

L’important n’est pas de régler vos comptes mais de trouver ensemble des solutions pour aider votre parent et pour vous soulager…

Trouver une oreille attentive auprès d’un proche ou d’un professionnel pour exprimer toutes les émotions complexes qui émergent souvent à cette étape de la vie de ses parents est aussi éminemment souhaitable.

Malheureusement, en dehors de quelques associations, les lieux d’écoute des aidants sont souvent inexistants. Cette possibilité devrait être offerte à tout proche aidant un parent vieillissant en situation de fragilité ou de perte d’autonomie.

Retrouvez les autres chroniques de Claudine Badey-Rodriguez
Quand le passé ressurgit
J’ai promis à mon père de m’occuper de ma mère
Meilleurs voeux 2008 !

Claudine Badey-Rodriguez, psychologue est auteur de La vie en maison de retraite et Quand le caractère devient difficile avec l’âge.

Partager cet article

Sur le même sujet