Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : Vivre 1 000 ans

Edito : Vivre 1 000 ans


Partager :

Annie de VivieVivre 100 ans, c'est d'un commun. En fait, c'est dépassé.

Aujourd'hui les médias n'ont d'yeux que pour Laurent Alexandre, l’homme qui prédit la vie éternelle. L'auteur de "La mort de la mort" affirme que la première personne qui va vivre mille ans est déjà née.

Coeur artificiel, trans-humanisme, thérapie génique, big data des objets et habitats connectés... qu'on le veuille ou non la technologie avance, les applications pleuvent, les limites naturelles sont repoussées, de jour en jour.
Attention aux dérives eugénistes, liberticides, alertent les philosophes, les éthiciens.
Qui les écoute ?
Nous avons déjà intégré certains réflexes, certaines attentes. Depuis le dépistage de la trisomie 21, combien de bébés atteints naissent-ils ?

On nous promet donc l'immortalité. Oui mais ...

Pour qui ? Tous les humains auront-ils accès à ces avancées technologiques ?

Comment, dans quel état ? Nous avons bien du mal à proposer des "lieux de vie-lieux d'envie" aux personnes fragilisées, atteintes de pathologies neuro-dégénératives aujourd'hui comme Alzheimer (voire les projets Ama Diem pour les malades jeunes), comme Parkinson dont la journée mondiale est ce 11 avril). Qu'en sera-t-il demain ? Combien de dysfonctionnements seront encore pointés par les proches aidants ? Quid des personnes handicapées aux "comportements-problèmes" ?

Entre temps, je vous invite à regarder la série anglaise Derek !

Et vivre 1 000 ans, pourquoi ? Pour vivre encore plus vite, encore plus connecté, encore plus dispersé ?

Vivre plus longtemps va bouleverser les équilibres sociaux (formation, travail, retraite, famille, procréation...).

Notre société refuse aujourd'hui d'admettre et de s'adapter au fait que cinq générations se cotoient (voir le livre "le monde cannibale). On refuse l'idée d'un 5ème risque de protection sociale pour toutes les situations de handicap quel que soit l'âge. On épuise ainsi les services, les établissements, les professionnels, les finances publiques...

Alors demain, comment nous organiserons nous pour que vivent ensemble des dizaines de générations côte à côte ?
Quels systèmes sociaux, quelle protection sociale, quelles solidarités ?
Sans parler de l'impact sur la planète, sur le climat, de tels bouleversements démographiques  !

Des professionnels de santé libéraux, salariés ou hospitaliers, des responsables d’associations de patients, des responsables administratifs et des universitaires ont dévoilé leur « Charte pour une santé solidaire » afin que « le débat public s’engage » sur l’avenir du système de santé français. Il est temps.

D'autres se mettent en mouvement pour un « Tour de France de l’aide aux personnes âgées »

Vivre 1 000 ans : qu'en pense le politique ?


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

jaures

09/04/2015 12:04

Délire


Je ne peux m'empêcher de rire en lisant cela, une fois de plus. Je ne comprends pas que l'on puisse laisser autant d'espace de parole et d'écriture à ce genre de professeur Nimbus. Aucun sens des réalités, aucune réflexion sur les conséquences possibles d'une telle perspectives, des propos assénés à coup de marteau (voir ses billets dans le supplément Science du journal Le Monde..).
De toute façon toute critique de ce délire passera pour un point de vue conservateur, frileux..
Il n'y aura jamais de débat, sauf mou, c'est la fuite en avant.



florence.fresnel

08/04/2015 08:04

AVOCAT


Penser qu'on va vvre mille ans ou peut etre moins dans déjà 25O ans est aussi une enjeu révolutionnaire sur le plan juridique. Garderons nous des gouvernants gâteux, (notre XX et XXI ont déjà des grabataires qui s'accrorchent au pouvoir, d'autres qui veulent y revenir, sans compter les malades connus) quelles decisions prendront ils pour gere ce nombre de vivants , alors qu'on evoque depuis bientôt cinquante ans la finitude des richesses de la planéte, la guerre de l'eau , qui nourrira ? A - t -on envisagé que cette quête d'immortalité de quelques uns a aussi pour conséquence de vouloir continuer d'eradiquer les plus faibles , les moins bien nourris, les plus pauvres? Sous le manteau sournois du triomphe de l'esprit humain contre les règles de la nature s'avance la pensée que la terre appartient aux plus forts, et non à toute l'humanité.



Phil çrone

07/04/2015 22:04

Une aubaine


1000 ans! Bon ben du coup il n'y a plus de raison de fixer un âge pour la retraite.. Ou alors vers 900 ans. Si on meurt avant ce sera pas de bol !!!!




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -