Agevillage

Un lieu de vie autogéré par de vieilles dames : la maison des Babayagas veut sortir de terre à Montreuil (93)

Les premières pierres de rêve


Partager :

Première pierreThérèse Clerc et ses copines, sont de vieilles dames particulièrement motivées, qui n'ont pas l'intention de vieillir en maison de retraite. Elles veulent continuer d'être actives, entourées, solidaires.

Ces sacrées sorcières (les babayagas en russe) sont très impliquées dans la vie associative de Montreuil (maison des femmes...).
Elles travaillent depuis près de 10 ans à leur future maison, autogérée, écologique (norme HQE), citoyenne et réservées aux femmes âgées. "Mais nos "hommes" pourront venir quelques soirées", s'amuse Thérèse Clerc.

Les babayagas veulent proposer de nouvelles façons de vivre sa vieillesse : sans dépendre hostensiblement des autres, intégrées dans la cité, écologiquement responsables. 
"Nous n'apprécions pas le carcan des horaires, de l'organisation des maisons de retraite classiques. Les Babayagas entrent valides dans la maison mais en cas de besoins, de maladie, nous pourrons compter sur nous. Nous nous accompagnerons mutuellement, ce sera inscrit dans notre charte. Nous ferons aussi appel aux réseaux des professionnels de la commune", précise Suzanne Goueffic, secrétaire de l'association.
Leur maison des Babayagas s'apparente au béguinage. 19 studios HLM seront loués aux vielles dames moyennant 200 à 600 euros de loyer selon les revenus. 200 m2 de locaux communs, un jardin, seront ouverts sur les habitants du quartier.

Chacune des babayagas a cellé sa première pierre, à sa manière :
- Pavé révolutionnaire et utopiste
- Pierre angulaire vers un nouveau type d'hébergement pour les vieux : autogéré, solidaire, citoyen, écologique
- Pierre de la sagesse : carrée, stable, équilibrée mais posée pour rester ouverte, pour bien vieillir et y mourir.

La mairie a donné un terrain en plein centre ville. Le projet architectural a fait l'objet de nombreuse collaborations avec l'association. L'OHLM de Montreuil a évalué le projet à 1 690 000 euros HT. Une chargé d'étude a travaillé depuis  2005 au dossier administratif, au plan de financement pour les financeurs : conseil général, DDE, CNAV...

La maison des babayagas ne rentre pas dans les cases administratives. Aujourd'hui, elle fait des émules. Une centaine de projets en France et en Europe voit le jour.
Le  Vice Président du Conseil général de Seine St Denis a donné un avis défavorable à ce jour et une pétition de 40 signatures contre le projet est arrivée sur le bureau du maire de Montreuil.

"La révolution n'est que l'évolution du rêve" soupire Thérèse Clerc. Elle espère que les futures générations de babayagas auront sa force et sa tenacité.

La maison des Babayagas
1, rue Hoche
93100  Montreuil
tel. 01 48 08 35 08
Emplacement de la future maison : 6, 8 rue de la Convention à Montreuil


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

michou04

11/05/2010 11:05

belle aventure


quelle fameuse aventure, dans l'air du temps : engagement, solidarité, confiance, regard positif sur la vieillesse: je suis très intéressée ;ne suis pas encore en retraite, mais j'avais imaginé ce genre de projet !j'y crois et garderai en mèmoire et en souhait cette perspective d'avenir ; j'ai d'ailleurs des amies qui sont dans le même ressenti et même désir ! merci de ce témoignage bravo !




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -