Agevillage
  >   Actualités  >     >   Dossier aidants : les repas...

Dossier aidants : les repas avec votre proche âgé


Partager :

Dossier aidants : les repas avec votre proche âgéL’alimentation joue un rôle essentiel dans notre quotidien. Mais le rapport à la nourriture peut devenir plus complexe au fur et à mesure que l’on prend de l’âge : les goûts, les sensations, les besoins changent, la mastication devient plus difficile, et les idées reçues sont légion.
Pour les combattre et passer de bons moments à table avec votre proche âgé, suivez le guide.

Contrairement aux croyances populaires, une personne qui vieillit ne doit ni mincir outre mesure, ni manger de plus petites quantités.

Repères pour bien manger

Comme à tout âge, il est indispensable de manger équilibré, et de consommer :
  •  des protéines, pour lutter contre la fonte musculaire (au moins 1g par kg et par jour après 75 ans).
Repères : 100 g de viande ou poisson, 2 œufs, ½ litre de lait, 4 yaourts, 70 g d'emmental contiennent 18 à 20 g de protéines.
  •  des glucides, essentiellement issus de féculents (riz, pâtes, pain…) : environ 250 g par jour.
  •  des fibres, pour lutter contre la constipation, à hauteur de 20 ou 30 g par jour.
Repères : 140 g de pain complet, 300 à 400 g de légumes verts ou de fruits, 200 g de légumes secs cuits, 80 g de fruits secs ou de fruits à coque apportent 10 g de fibres.
  •  du calcium pour la santé des os, en consommant au moins 5 laitages par jour. Certaines eaux minérales sont aussi sources de calcium.
Repère : un yaourt équivaut à 25 cl de lait ou 60 g de fromage.
  •  des graisses, essentielles pour le bon fonctionnement du cerveau, en alternant les graisses végétales et animales.
Repères : les acides gras Oméga 3, à privilégier, se trouvent dans l’huile de colza, l’huile de noix et les poissons gras.

Des préparations adaptées

Face à des problèmes de déglutition, pour contrer les risques de fausses routes, et aussi parce qu’elle fait très souvent partie de la culture alimentaire des personnes âgées, la soupe constitue une bonne option, surtout pour le dîner.

Mais attention, une soupe de légumes ne suffit pas : misez plutôt sur des soupes complètes, dans lesquelles vous mélangerez légumes, féculents (vermicelles, pommes de terre) et protéines.

Pourquoi ne pas l’agrémenter de fromage râpé, d’herbes fraîches, de crème pour la rendre plus gourmande et varier les plaisirs ?

Dans tous les cas, il convient de respecter quelques règles. La soupe se conserve au maximum 72 heures. Notons par ailleurs, qu’elle ne doit pas refroidir à température ambiante plus de 2 heures.

En savoir plus : du bon usage de la soupe

Soupe exceptée, faut-il jouer du mixeur en cas de troubles de la déglutition ou de soucis bucco-dentaires ? Mieux vaut éviter, répondent les spécialistes : le mixage nuit au goût des aliments et risque à terme de favoriser la dénutrition. De plus, mixer tout un plat le rend peu appétissant, méconnaissable.

Privilégiez des aliments mous, humides, dans ce type de situation et soignez la présentation.

Faire durer le plaisir

Elaborer les menus, participer à leur préparation constituent des phases essentielles pour ouvrir l’appétit. Impliquez votre proche autant que possible dans ces étapes, évoquez ensemble les saveurs de son enfance, ses plats préférés… Autant de manières de stimuler l’appétit.

Des plats servis  appétissants, chauds mais pas trop, qui dégagent une odeur alléchante auront plus de chance d’être consommés avec plaisir.

Les personnes souffrant de troubles cognitifs peuvent avoir perdu l’usage de leurs couverts : les préparations seront alors proposées sous forme de bouchées, faciles à saisir à la main.

Si vous devez aider votre proche à manger, asseyez-vous à côté de lui et regardez-le. Tenez sa main et appuyez doucement sur sa lèvre inférieure avec la cuiller pour lui signifier ce qu’il doit faire.

Parlez-lui, expliquez vos gestes et ce que vous lui proposez. Et préférez les plats qu’il pourra manger seul, ou avec un minimum d’aide pour préserver ses capacités.

Quelles que soient les difficultés, une jolie table donnera envie de s’y asseoir. S’y installer ensemble, communiquer pendant le repas contribuera à ce que ce moment partagé se vivent dans le plaisir.

Des idées pour varier les menus

Les recettes d’Optifel
Optifel est un projet de recherche européen qui explore les besoins et les souhaits des seniors pour concevoir, élaborer et valider des produits alimentaires à base de fruits et légumes optimisés pour les personnes âgées.

Sur leur site, vous trouverez conseils et recettes adaptés (rubrique boîte à outils).

Le guide nutrition pour les aidants des personnes âgées
L’objet de ce guide est de donner des conseils pratiques, des astuces et des réponses pour soutenir au mieux la personne âgée fragile. Il est publié par le Programme national nutrition santé, et téléchargeable ici.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -