Agevillage
  >   Actualités  >     >   Une psychanalyse à 70 ans ?...

Une psychanalyse à 70 ans ? Lire « La vie à l'épreuve du temps » de C. Bergeret-Amselek

Dépasser les tabous du vieillir, du mourir


Partager :

La vie à l'épreuve du tempsIl existe peu de références bibliographiques sur la question de la psychanalyse au grand âge. La psychanalyste et auteur Catherine Bergeret-Amselek, forte d'accompagnements, d'analyses de plusieurs personnes âgées, présente son expérience et argumente de l'intérêt d'une telle démarche.

Aller voir un psychanalyste au grand âge ?
Contrairement à ce qu'avancait Freud : "Tout se joue avant 6 ans. Une analyse n'est plus utile après 50 ans (le matériau analytique serait "rigidifié") (page 149), l'expérience de Catherine Bergeret-Amselek montre que la vie avance, continue. La vieillesse est souvent difficile à vivre, mais la "sénescence pourrait s'écrire c'est naissance"  (page 18).
La psychanalyste pense qu'un "travail" est parfois nécessaire "pour remobiliser sa libido vers un à-venir, y compris sexuel (page 200)", "lacher prise, s'élever vers la sagesse" (page 186), "accepter parfois le non-sens de la vie",  "pour pouvoir quitter la vie en paix avec soi, avec l'impression d'avoir mérité d'aller se reposer pour toujours" (page 159).

Le sujet investi
Jung pensait la vieillesse, cette deuxième partie de vie, comme un accomplissement.
Mais vieillir est une découverte, souvent douloureuse,  la solitude s'intensifie, la santé s'effrite, le statut de sujet se dissout. Catherine Bergeret-Amselek convoque les travaux du Dr Soubeyran sur la maltraitance, de l'"Humanitude" de Yves Gineste (page 99).
L'approche de la mort pose la question de l'euthanasie. Catherine Bergeret-Amselek regrette que les dispositifs de la Loi Léonetti soient si peu connus.
Les expériences analytiques de Julien, de Céline et François, de Geogette, de Pierre tous dépassant les 70 printemps, montrent que l'analyse permet de reconnaître le sujet, de l'écouter, de l'aider à se retrouver face à lui, de résoudre des conflits profonds, avec soi, avec les siens, de remobiliser sa libido vers un "à-venir".
Catherine Bergeret-Amselek explique comment elle peut être amenée à accompagner au domicile de la personne (page 170) qui tombe malade, en fin de vie, tout en gardant le cadre de l'analyse (horaire, distance, tarification).

La vie à l'épreuve du temps (Broché)
Catherine Bergeret-Amselek
Broché: 256 pages
Editeur : Desclée de Brouwer (5 mars 2009)
Pour commander en ligne


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

mireille

30/04/2016 13:04

sans titre!


j'ai fait une analyse de 42 ans à 51 ans et pour des raisons diverses j'ai arreté . 20 ans après (sans vouloir plagier a. dumas) n'allant pas bien j'ai rappelé la meme psy. elle a bien voulu me reprendre (mars2014) et me voilà repartie pour cette 2e "tranche"! je dirais pour encourager les personnes de mon age à le faire que j'avance bien plus vite maintenant et suis très contente d'avoir osé la démarche.....




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -