Agevillage
  >   Actualités  >     >   La crise atteint les servic...

La crise atteint les services à la personne

Une étude de l'OFCE


Partager :

Les services à la personne ont aussi été atteints par la crise dit l'OFCE, Observatoire français des conjonctures économique.

Selon l'économiste Françoise Milewski de l'OFCE, la crise a réduit le pouvoir d’achat des ménages ce qui s’est traduit par une baisse de l’emploi à domicile.

«Déjà en 2008, la progression du nombre de particuliers employeurs de salariés à domicile a considérablement fléchi (+ 1.9 %, après quinze ans de croissance régulière, en moyenne de 8 %). Ce freinage venait de l’emploi à domicile hors garde d’enfants qui a, lui, continué de progresser. A ce fléchissement du nombre d’employeurs, s’est ajoutée une baisse des heures déclarées. Ce ralentissement s’est aussi manifesté pour les prestataires de services à la personne, tant en nombre d’emplois qu’en nombre d’heures offertes. On ne dispose que de peu de données pour 2009. Mais les premières indications semblent confirmer un ralentissement supplémentaire. Ce n’est pas surprenant : lorsque le pouvoir d’achat des ménages est atteint, ils rognent sur les dépenses d’assistance et d’aide à la famille. »

Conséquence logique de cette baisse des commandes  à l’industrie des services à la personne, « le taux d’emploi des femmes a cessé de progresser. Le taux d’emploi à temps partiel s’est accru depuis le début de 2009 et le taux d’emploi à temps complet a marqué le pas. Si bien que le taux d’emploi en équivalent temps plein, qui s’était quelque peu redressé en 2006 et 2007, s’est stabilisé puis a même reculé au troisième trimestre 2009. »

Pour l'Agence nationale des services à la personne (ANSP), cette faible hausse, dans
un contexte d'importante destruction d'emplois en France, prouve la "résistance" du secteur. Le nombre d'organismes agréés (entreprise, association) offrant des services à la personne est passé de 5.500 en 2005 à "plus de 19.000 en novembre 2009" selon l'ANSP.

 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

petalederose

09/03/2010 12:03

mon point de vue sur ce secteur


Je suis d'accord avec Didier. Secrétaire de formation j'ai exercé dans ce secteur 3 ans. Je n'ai jamais bénéficié de formation, on m'a demandé de faire des toilettes complètes dans des lits médicalisés, je suis intervenue auprès d'une personne Alzheimer sans aucune aide. Aucun encadrement, aucun conseil et pourtant il s'agit d'une association connue que je ne nommerai pas. Sans parler des CDI qui durent 15 j ou 1 mois car la personne âgée décède ou est hospitalisée ou pour convenance personnelle. J'ai essayé de passer le DEAVS en voie directe après inscription à Pôle emploi mais très peu de places cela tient du miracle si l'on arrive à se former. Récemment on m'a proposé un CDI 6 h par semaine et en plus je devais avoir une voiture personnelle ?? Secteur mal organisé où beaucoup reste à faire. Métier très difficile qui demande des compétences relationnelles et techniques, mais mal reconnu. Les femmes de ménage dans le privé sont mieux payées. Je pourrais encore beaucoup en dire. Dans mon quartier 2 associations viennent de fermer, je pense qu'ils sont trop nombreux. En ce qui me concerne je n'aurai pas les moyens d'employer une aide à domicilie quand je serais âgée et beaucoup de gens de ma génération seront dans la même situation (j'ai 50 ans) étant donné la précarité des emplois et le temps partiel imposé actuellement sur le marché du travail. Ma retraite sera minable. Je suis retournée dans le tertiaire et je passe les concours aide soignant en avril. Dommage j'aimais ce métier mais je n'ai pas envie de passer le reste de ma vie professionnelle à galérer.



didier

09/03/2010 09:03

5 ans après le grand plan Borloo


l'ansp ne dit mot sur les effets pervers du plan borloo qui l'a fait naître, a savoir, des emplois dont la précarité va croissante avec près de 10.000 entreprises sans convention collective, le développement du CESU qui va de pair avec emploi bas de gamme dont les cotisations sont assises sur le SMIC, une fragilisation des structures associatives qui ont investi sur la professionnalisation alors que la tarification n'en a pas tenu compte, et un éparpillement de l'offre en de multiples petites entreprises qui ont du mal a atteindre une taille suffisante pour viabiliser et pérénniser l'activité. Sans parler d'une des mesures phare de ce plan, LES ENSEIGNES.... Ces fameuses enseignes à qui l'ont a donné quelques millions d'euros,mais dont plus personne aujourd'hui ne parle ou ne voit l'utilité.. Qui va encore (ou à déjà été..) chercher ses services dans l'une d'elles ? Depuis Borlo est passé au développement durable! il aurait bien fait de développer DURABLEMENT les services à la personne... 5 ans après sa loi, c'est de développement des fragilités dont il faut plutôt parler...



PAS CONTENTE

09/03/2010 09:03

enfin du réalisme


Et ben voila, enfin une info et une analyse qui confirme ce que tous les professionnels de l'aide à domicile constate sur le terrain : stagnation voir baisse de l'activité due en partie à la crise. L'ANSP va t elle continuer à nier la crise dans le secteur ?




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -