Agevillage

CHU d'Auray (Morbihan),

Les dysfonctionnements du service gérontologie


Partager :

Lundi 15 juilletPar courrier interne, Michel Nataf, chef du service gérontologie de l'hôpital Le Pratel, dépendant du CHU d'Auray (Morbihan), dénonce de nombreux manquements à l'hygiène et la dignité des pensionnaires de cet établissement.

santé des personnes âgées

Bain et shampooing toutes les huit à dix semaines, absence de bains de pied, locaux dégradés et mal adaptés, patients laissés dans leur lit les dimanche et jours fériés ou encore attachés dans leur fauteuil pour éviter qu'ils chutent...Michel Nataf, chef du service gérontologie de l'hôpital Le Pratel, dépendant du CHU d'Auray (Morbihan), a dénoncé, par courrier interne, au début du mois de juillet, les mauvaises conditions de vie des 300 personnes âgées et plus de l'unité long séjour et des deux maisons de retraite gerées par l'hôpital. Sans réfuter la charge, la direction a tenu a atténuer les dysfonctionnements répertoriés." Il y a un problème d'effectifs, il faudrait pouvoir s'adapter à une prise en charge plus lourde des personnes âgées aujourd'hui car elles sont plus vieilles donc plus dépendantes ", reconnaît Jacques Lambert, directeur du Pratel, tout en faisant valoir que " la situation n'est pas plus grave que dans d'autres établissements similaires "." Depuis un moment, les gens se plaignent du manque de moyen et du manque de personnels, l'hôpital est en grande souffrance actuellement ", explique de son côté Michel Le Scouarnec, maire PCF de la ville." Le personnel fait ce qu'il peut avec les moyens qu'il a ", estime Marie-Thérèse Bertrand, vice-présidente de l'association des familles de l'établissement dont la mère est hospitalisée en long séjour." Le dimanche et les jours fériés, il n'y a qu'une infirmière et une aide soignante pour trente pensionnaires, il n'y a personne dans les couloirs pour vérifier ce qu'il se passe dans les chambres ", déplore-t-elle. Elle raconte sa mère, attachée à son fauteuil faute de surveillance régulière, certains pensionnaires qui risquent de s'enfuir attachés dans leur lit, les cris "Au secours !" d'autres qui sont tombés et ne peuvent se relever seuls, des locaux mal adaptés, dans lesquels les pensionnaires déambulent sans surveillance et peuvent donc s'échapper.

APA insuffisante

"On n'en revient pas de voir ça, ce n'est pas digne du XXIe siècle, nos anciens méritent un meilleur traitement", a poursuivi M. Le Scouarnec affirmant n'avoir "pas cessé de râler" pour obtenir plus de moyens pour l'hôpital public qui connaît aussi des problèmes récurrents dans ses services d'urgence et de cardiologie. "Nous avons demandé des moyens, nous espérons signer très prochainement une convention avec le conseil général et la DDASS pour mesurer la qualité et définir les critères pour améliorer la prise en charge des personnes", a assuré M. Lambert en précisant attendre beaucoup des financements que doit permettre l'application de l'Allocation aux personnalisée à l'autonomie (APA). Selon lui, les locaux, bien que vieux de 30 ans, sont en état, les toilettes des pensionnaires sont faites tous les jours et les personnes âgées ne sont jamais attachées dans leur lit.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

hurionville

07/11/2009 19:11

personnes âgées à l'hôpital, attachées pour ne pas déranger


je viens de visiter ma tante à l'hôpital de VIRE atteinte de la maladie d'Alzheimer, attachée au niveau de la taille dans un fauteuil et laissée seule sans occupation ni activité toute la journée... pour avoir la paix le personnel lui a admnistré un calmant, elle est dans un demi-sommeil : ils n'ont pas le temps de s'en occuper ! pour être tranquille le personnel lui met des couches jour et nuit... un abandon total de nos personnes âgées vieillissantes : c'est affligeant...




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -