Agevillage

Handicap ou dépendance

Le Haut conseil de la famille inquiet de la rupture des aides après 60 ans


Partager :

Le Haut conseil de la population et de la famille dans un « Avis » en date du 25 novembre, concernant « Le vieillissement des personnes handicapées », préconise quelques principes à partir desquels l’action publique devrait être reconstruite. Il recommande notamment de gommer les effets négatifsdu couperet de l’âge de 60 ans

La barrière de l’âge

Le Haut conseil de la population et de la famille , dans un « Avis » rendu public lundi 25 novembre, vient de recommander une révision des mécanismes d'attribution des aides en faveur des personnes handicapées de manière à éviter la barrière de l’âge après 60 ans. Le Haut conseil s'alarme "des effets pervers liés à la variabilité des critères d'attribution des aides" qui peut conduire à priver des personnes handicapées d'une aide dont elles bénéficiaient avant 60 ans. Le Haut conseil souhaite notamment une harmonisation des critères d'attribution de l'Allocation adulte handicapée (AAH, perçue avant 60 ans et attribuée essentiellement sur critères médicaux) et de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA, perçue après 60 ans et attribuée sur critères fonctionnels).L’inégalité dans la prise en charge des personnes handicapées de plus de 60 ans, en fonction de leur mode d'hébergement ne pouvait manquer d’être relevée.Ainsi, une personne handicapée vivant à domicile devra financer plus chèrement ses soins et son éventuel hébergement dans une maison de retraite qu'une personne vivant en établissement spécialisé, note l'avis.Pour le Haut conseil, le passage à l'âge de 60 ans, "représente une fracture dans la vie" de beaucoup de handicapés. Il propose donc un accroissement des places dans les centres d'aide par le travail (CAT), pour que les personnes qui le souhaitent puissent continuer d'y travailler au-delà de 60 ans, un développement de l'aide et des soins à domicile et l'augmentation des places dans les structures spécialisées.Enfin, le Haut conseil souhaite que, dans le cadre de la réforme de la loi de 1975, la question "nouvelle" du vieillissement des personnes handicapées fasse l'objet de dispositions spécifiques, de façon à rendre les actions menées en leur faveur "plus claires et plus accessibles".Selon le Haut conseil, 150.000 personnes handicapées atteindront l'âge de 60 ans au cours des dix prochaines années.Présidé par Jacques Chirac et composé de personnalités diverses, le Haut conseil est chargé d'éclairer le gouvernement sur les questions relatives à la démographie et à la famille.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -