Agevillage

L'association France-Alzheimer sur la sellette

Des remous au siège de l'union nationale de France-Alzheimer


Partager :

Les mécomptes de France Alzheimer

Le Parisien du lundi 3 mars faisait part au grand public des difficultés et des remous bouleversant le siège de l'Union France Alzheimer, informations reprises par des journaux télévisés et des radios.L'article paru dans Le Parisien fait état d'une mauvaise gestion financière de l'association : « locaux acquis à prix d'or » dont la dimension est jugée excessive, site Internet présentant des coûts de fonctionnement trop élevés et réalisé par le fils de la présidente actuelle, Huguette Drera, « des bourses de recherche non contrôlées », « les réserves financières accumulées par l'association marquent d'après l'Inspection Générale des Affaires Sociales, une absence de projet ».Hubert Falco, secrétaire d'Etat aux personnes âgées, a déclaré, lundi 3 mars, avoir ordonné une expertise sur la gestion financière de l'association France-Alzheimer. Selon lui, il a été alerté en septembre 2002 par un ancien administrateur de « dysfonctionnements constatés au niveau du siège de l'union nationale des associations Alzheimer ». (Le Figaro - 4/03/03)Beaucoup d'accusations dont se défend Huguette Drera, présidente de France Alzheimer.

Une crise de croissance

Madame Huguette Drera, présidente de France Alzheimer, se défend en expliquant qu'elle a « trouvé l'association dans un état déplorable ». « J'ai été élue en juin 2001. Moins de deux ans, c'est peu pour remettre tout à plat ! Du coup, je gère les urgences les unes après les autres. »L'association , en pleine croissance, est victime de son succès. Une transition difficile à gérer pour l'équipe nationale.Les adhérents sont de plus en plus nombreux (40 000 donateurs), leurs attentes sont naturellement plus exigentes.« Les associations locales, qui peinent à joindre les deux bouts, hurlent quand elles voient que tant d'argent dort à Paris. Il faut réinvestir cette cagnotte autour d'un projet porteur. Cela reste à faire. » reconnaît Huguette Drera.On comprendra les tensions et le grand remue-ménage à la tête de l'union nationale de l'association quand on sait que des élections sont prévues dans 2 mois.

Les bénévoles toujours en action

Dans ce « climat de guerres intestines », il ne faut pas oublier tous ces bénévoles qui continuent leur action sur le terrain.L'union France Alzheimer est une fédération regroupant des associations départementales. Ce sont ces associations départementales qui sont le véritable "coeur actif" du travail bénévole quotidien de proximité pour les familles et les malades Alzheimer. Comme le souligne Catherine Ollivet, présidente d'Alzheimer Seine St Denis : « Les difficultés médiatisées, justifiées ou non, générées par des guerres de personnes et de pouvoir, ne doivent en aucune façon rejaillir et encore moins occulter ce soutien permanent que nous apportons aux familles concernées, humble travail quotidien offert par des centaines de bénévoles dans toutes les associations départementales de France.»Familles et bénévoles : Ne pas faillir, la maladie, elle, ne cède pas le terrain. Les chiffres parlent d'ailleurs d'eux-mêmes (Etude PAQUID du professeur Dartigues), 769 000 personnes de plus de 75 ans sont atteintes de la maladie d'Alzheimer et apparentées. 135 000 nouveaux cas par an. Le gouvernement a récemment installé une Instance Prospective Alzheimer.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -