Agevillage

Handicap

Un "revenu d'existence" pour les inaptes au travail ?


Partager :

La secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Marie-Thérèse Boisseau,s'est prononcée lundi 19 mai, à Strasbourg, pour la création, dans la loi de programmation et d'orientation en faveur de l'insertion des handicapés, d'un "revenu d'existence" pour ceux qui ne peuvent pas ou peu travailler.

Citoyenneté et revenu

Insistant sur la nécessité pour les personnes handicapées de disposer d'un "revenu propre", Marie-Thérèse Boisseau, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, a décrit trois cas de figure possibles, lundi 19 mai, Strasbourg, lors d'un point de presse sur les lieux du colloque "Citoyenneté européenne et handicap". Pour ceux qui peuvent travailler, ce revenu propre serait celui de leur travail. Pour ceux souffrant d'un handicap lourd ne leur permettant pas du tout de travailler, elle a plaidé pour un "revenu d'existence", qu'elle n'a pas chiffré.Quant à la situation intermédiaire de ceux qui peuvent un peu travailler, ils devraient également bénéficier d'un revenu d'existence en plus de celui de leur travail. "Même s'ils ne travaillent qu'à 10%, ils doivent être incités à travailler en touchant un peu plus que ceux qui ne travaillent pas", a expliqué Mme Boisseau.Ce revenu d'existence viendrait en plus de la prestation de "compensation du handicap" présentée dans une note d'orientation en avril. La nouvelle loi sur l'insertion des handicapés, "qui se veut beaucoup plus personnalisée, en faveur de l'autonomie et du libre choix" d'être hospitalisé ou de vivre "en milieu ordinaire", fera l'objet d'une "présentation plus précise en Conseil des ministres fin juin-début juillet" et d'une autre présentation à l'automne, a précisé Mme Boisseau, qui espère une discussion à l'Assemblée nationale début 2004 et une adoption pour juin 2004.Cette loi comportera des "dispositions très concrètes quant à l'accessibilité au logement, à l'emploi, à l'école, à la culture, à la citoyenneté", a-t-elle ajouté, espérant une "mise en oeuvre" d'ici trois à cinq ans.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -