Agevillage

Handicap

Réactions des associations


Partager :

Trois associations ont réagi 27 juin vendredi aux déclarations du gouvernement, mercredi, et au rapport de la Cour des comptes publié jeudi, concernant la politique du handicap, dans des communiqués distincts.

Le Comité d'entente des associations représentatives de personnes handicapées

-

  • Le Comité d'entente des associations représentatives de personnes handicapées , qui regroupe une cinquantaine d'organisations du secteur, "salue la qualité de la concertation" et "l'effort budgétaire prévu" mais souhaite que la loi soit plus précise concernant les différents types de handicap, leurdépistage et accompagnement précoce.Le financement de la compensation doit faire l'objet d'une "nouvelle branche de la Sécurité sociale", l'emploi doit être "favorisé" et la programmationgouvernementale devrait être "pluriannuelle", ajoute le comité.
  • L'Unapei

  • L'Unapei (Union nationale des associations de parents de personneshandicapées mentales) exprime ses "profondes inquiétudes" après les déclarations en Conseil des ministres du président de la République et de la secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, Marie-Thérèse Boisseau, les considérant "largement en deçà des besoins et des attentes" de ses adhérents.Elle cite notamment le besoin d'une signalétique adaptée à ce handicap, le financement de son accompagnement juridique et spécialisé et le fait que "40.000 personnes handicapées mentales demeurent sans solution d'accueil".
  • Collectif contre l'handiphobie

    -

  • Le Collectif contre l'handiphobie , très actif dans l'opposition à l'arrêt Perruche (Cour de cassation/17 novembre 2000), estime qu'"on nous a vendu de l'espoir" à propos des déclarations du gouvernement et au vu du rapport de la Cour des comptes publié jeudi."Plus de 30% des enfants handicapés mentaux ne sont pas scolarisés et 90% des autres ne le sont pas à l'Education nationale. Seulement 127 places ont été créées entre 2001 et 2003 pour les personnes handicapées vieillissantes", affirme le collectif qui dénonce également, comme le rapport de la Cour, "l'absence de crédits pour la recherche sur la trisomie 21", qui concerne "50.000 personnes en France dont l'espérance de vie a doublé".



  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -