Agevillage

Canicule - Mystère

Pourquoi la vague de chaleur a-t-elle touché les femmes plus que les hommes ?


Partager :

Pourquoi la vague de chaleur a-t-elle touché les femmes plus que les hommes ? Telle sera l’une des questions que Denis Hémon et Eric Jougla, les deux chercheurs de l'Inserm, qui ont reçu pour mission de comptabiliser les morts liés la canicule, auront à établir dans la deuxième phase de leur mission

Phénomène climatique sans précédent

La canicule qui a touché la France en août est un "phénomène climatique sans précédent dans un pays développé", a déclaré jeudi 25 septembre, Denis Hémon et Eric Jougla, les deux chercheurs de l'Inserm, qui ont reçu pour mission de comptabiliser les morts liés la canicule. La vague de chaleur en France en 2003 se démarque des autres épisodes caniculaires dans l'Hexagone (1976, 1983) ou des neuf autres répertoriés à l'étrange par "sa durée, son étendue territoriale et la surmortalité qu'elle a entraînée", a expliqué M. Hémon.Les deux chercheurs de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) ont précisé que cette étude de la surmortalité liée à la canicule n'était que "la première étape" de leur mission. La seconde sera, "dans les six mois qui viennent", de procéder à une analyse approfondie des liens entre exposition à la chaleur et morbidité et d'en tirer des propositions pour "améliorer les systèmes d'alerte".Ils entendent notamment "éclaircir (un) point très important": les raisons pour lesquelles les femmes ont été plus touchées que les hommes, même dans les tranches d'âges les plus basses (45-54 ans, notamment). Ils s'attèleront à identifier les parcours des quelque 15.000 victimes: en effet, si les lieux de décès sont connus, on ne connaît pas les filières empruntées par ces personnes (hospitalisation en provenance d'une maison de retraite, du domicile, type de prise en charge avant le décès...).Au cours de leur étude, les deux chercheurs entendent également intégrer l'état de santé des personnes décédées ou encore l'impact du type d'habitat - sachant que les grandes agglomérations sont particulièrement sensibles" à la chaleur - , les modes de vie ou le degré d'isolement.Par ailleurs, le ministère de la Santé Jean-François Mattei a annoncé, dans un communiqué, que MM. Hémon et Jougla "sont associés, dès aujourd'hui (jeudi, ndlr), aux travaux de modernisation du système d'alerte, en lien notamment avec Météo France, ainsi que du système d'analyse des causes de décès".



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -