Agevillage

Neurologie - handicap

Un bras robotisé contrôlé uniquement par le cerveau d'un singe


Partager :

Lecerveau peut il mouvoir un objet par la force de sa seule volonté ? Une expérience sur des singes a permis de montrer que le cerveau peut contrôler un bras robotisé en générant des mouvements sans l'aide d'aucun muscle. Une première au potentiel important pour les personnes paralysées

Public library of science

Une femelle singe, à qui des chercheurs américains avaient implanté des microélectrodes au niveau des zones motrices du cerveau, a cessé d'utiliser ses bras et peut à présent jouer à un jeu électronique simplement par la pensée, a rapporté lundi 13 octobre, le Public Library of Science Biology, un journal publié sur internet.Les scientifiques de la faculté de médecine de l'université de Duke (Caroline-du-Nord) considèrent cette réussite comme un pas important dans les technologies pouvant permettre aux personnes paralysées de contrôler un membre robotisé à l'aide de leur seul cerveau.Les cellules du cerveau du singe ont semblé s’adapter physiquement à l'implant, peut-on lire dans un article de cette nouvelle publication scientifique (www.plos.org). Le docteur Miguel Nicolelis, qui a entamé ces expériences il y a trois ans avec ses collègues de l'Université de Duke, en Caroline du Nord, espère que ce dispositif pourra un jour aider des personnes paralysées à retrouver un certain usage de leurs membres supérieurs, si ce n'est physique, au moins de façon de façon virtuelle."La femelle singe a soudain réalisé qu'elle n'avait pas du tout besoin de bouger son bras", ajoute Nicolelis dans un communiqué, précisant que l'expérience en cours, menée sur deux macaques Rhésus, était concluante dans les deux cas. Les singes "arrivent à corriger leurs erreurs et sont capables (d'imposer au bras articulé d'un robot des mouvements) d'une très grande précision, à partir de leur seule activité cérébrale pour reproduire les mouvements de localisation et de préhension de la main", explique-t-il.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -