Agevillage

Froid intense : conseils aux professionnels

L'hypothermie


Partager :

Lorsque le corps est exposé à des températures très froides, il perd plus de chaleur qu’il n’en produit. Le résultat est l’hypothermie, ou une température corporelle anormalement basse (inférieure à 36°C).
Ce qui rend l’hypothermie particulièrement dangereuse, c’est qu’une personne peut ne pas se rendre compte de son état et donc sera incapable d’y remédier.

L’hypothermie survient généralement à des températures très basses, mais peut se produire aussi à des températures supérieures à 5° C si une personne est transie du fait de la pluie, d’une transpiration excessive, de vents violents ou de l’immersion dans de l’eau froide. Elle peut aussi survenir lorsque le différentiel de température entre le jour et la nuit est important (plus de 10°C) et que la personne n’est pas assez vêtue.

Quelles sont les personnes les plus à risque d’hypothermie ?

Les personnes victimes le plus souvent d’hypothermie sont :

- Les personnes âgées (65 ans et plus) avec une alimentation, des vêtements ou un chauffage inadaptés (les personnes âgées produisent moins de chaleur corporelle du fait d’un métabolisme ralenti et d’une activité physique faible).
- Les bébés dormant dans une chambre non chauffée (les enfants perdent la chaleur corporelle plus facilement que les adultes et les frissons sont moins efficaces). Un enfant de moins de 1 an ne doit jamais dormir dans une chambre non chauffée.
- Les adultes sous l’influence de l’alcool : l’alcool provoque une vasodilatation, qui entraîne une brève sensation de réchauffement, alors qu’il se produit une vasoconstriction périphérique, de défense physiologique contre l’alcool. Il induit aussi une hypoglycémie.
- Les personnes ayant des troubles psychiatriques.
- Les personnes restant dehors pendant de longues périodes : les sans-abri, les marcheurs, etc.

Quels sont les facteurs de risque d’hypothermie ?

Les facteurs de risque d’hypothermie (situations augmentant le risque d’hypothermie en cas de températures basses) sont :
- Les facteurs diminuant la capacité du corps à produire de la chaleur : pathologie neuromusculaire, arthrite, hypothyroïdie, malnutrition, certains traitements pour des maladies cardiaques et psychiatriques, consommation d’alcool.
- Les facteurs augmentant la perte corporelle de chaleur : dermatoses étendues, brûlures graves, déshydratation, absence de graisse sous-cutanée, alcool.
- Les facteurs empêchant la régulation de la chaleur du corps au niveau central : pathologie du système nerveux central, traumatismes, accident vasculaire cérébral, maladie de Parkinson, neuropathies, lésions de la moelle épinière.

Quels sont les signes d’hypothermie ?

L’hypothermie comprend plusieurs phases de légère (34°C – 35°C) à très sévère (<28°C).

  • Dans la première phase, la personne semble active, mais montre :  frissons, élocution saccadée, pâleur (chez un patient éthylique : perte du faciès rouge), peau froide, respiration superficielle, pouls rapide (tachycardie), hypertension.
  • Dans la seconde phase, on observe un ralentissement de toutes les fonctions pouvant aller jusqu’à la mort : disparition des frissons, recroquevillement, engourdissement, respiration irrégulière, ralentissement important puis arrêt respiratoire, tension basse (hypotension), pouls lent (bradycardie) puis arrêt cardiaque, obnubilation, somnolence puis coma.

 

Que faire devant des signes d’hypothermie ?

Devant une suspicion d’hypothermie, il faut prendre la température de la personne. Si la température est entre 34°C et 35°C, il s’agit d’une hypothermie légère.

Les mesures immédiates sont :
- Soustraire la personne du froid (l’amener dans le véhicule).
- Lui mettre un bonnet et l’envelopper dans une couverture de survie.
- Lui faire prendre une boisson chaude mais pas brûlante.
- La conduire dans un lieu d’hébergement.

Dans le lieu d’hébergement :
- La déshabiller et lui donner une douche tiède (36° - 37°), assise sur un tabouret.
- Bien la sécher, lui mettre des vêtement propres.
- Lui faire prendre une soupe chaude et l’inciter à prendre un repas complet si c’est possible.
- La mettre au repos
- L’infirmière ne doit pas quitter le centre sans avoir vérifié que la température est remontée à 37°C, dans le cas contraire rappeler le médecin d’astreinte.

Si la température est inférieure à 34°C, il s’agit d’une urgence médicale, il faut appeler le 15.

En attendant les secours d’urgence, il faut tenir au chaud la personne de cette façon :
- Lui mettre un bonnet et l’envelopper dans une couverture de survie.
- Lui faire prendre une boisson chaude, si elle est consciente.

Dans tous les cas suivre les conseils du 15 qui seront donnés en fonction de la température et de l’état clinique du patient. Si la personne refuse une prise en charge, revenir plusieurs fois surveiller sa température et lui faire prendre des boissons chaudes.

- Les frissons sont un des premiers signes d’hypothermie, leur absence est le signe d’une aggravation.
- Les boissons chaudes peuvent aider à réchauffer la température corporelle, mais attention à ce qu’elles ne soient pas brûlantes.
- N’essayez jamais de faire boire une personne inconsciente.
-Déconseillez vivement les boissons alcoolisées, elles augmentent la perte de chaleur corporelle.
- Une personne en état d’hypothermie sévère peut paraître en état de mort apparente (inconsciente, pouls absent, respiration inapparente). Dans ce cas appelez le 15 immédiatement. Dans certains cas, des personnes en état d’hypothermie qui semblaient être décédées ont été réanimées avec succès.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -