Agevillage

Les médicaments contre le cholestérol ralentissent le développement de la maladie d'Alzheimer

Des chercheurs pensent avoir trouvé un moyen de s'attaquer aux causes mêmes de la maladie


Partager :

Les statines, une classe de médicaments contre le cholestérol, semblent limiter la progression de la maladie d'Alzheimer. Les preuves à cet effet s'accumulent comme ont pu le constater les participantsau 8e Symposium international sur la maladie d'Alzheimer, organisé à Montréal du 14 au 17 avril 2004.

Pour la petite histoire, une équipe attachée au Centre McGill d'études sur le vieillissement au Canada avait découvert, en 1993, le gène le plus important à être associé à la maladie d'Alzheimer, un gène lié au transport du cholestérol. Dirigée par le Dr Judes Poirier, cette étude avait démontré que la capacité du cerveau à gérer un dommage cérébral dépendait fortement de la concentration en cholestérol.Cette conclusion avait incité les chercheurs à entreprendre, il y a quatre ans, une très petite expérience auprès d'une douzaine de patients. «On leur a donné des agents réducteurs de cholestérol dans le sang afin de voir si on pouvait infléchir la maladie», a expliqué le Dr Poirier. Après six mois, l'état des malades s'était stabilisé et la concentration de protéines amyloïdes, à l'origine de la maladie, avait diminué.

Une étude pour preuve

La preuve en est maintenant faite grâce à une étude du Sun Health Research Institute, en Arizona, sur une soixantaine de patients atteints de la maladie. Pendant une année, la moitié du groupe a consommé 80 mg/jour d'atorvastatine (un médicament de la classe des statines), et l'autre moitié du groupe a reçu un placebo. Le médicament anti-cholestérol a freiné la maladie chez la moitié des patients qui en ont consommé; en effet leurs fonctions cognitives ont cessé de se détériorer et se sont même améliorées chez certains. Dans le groupe placebo, seulement le tiers des patients se sont stabilisés; chez tous les autres, on a noté un déclin des fonctions cognitives.L'atorvastatine n'est pas un médicament miracle, mais « il ralentit la détérioration inévitable de la mémoire des patients souffrant d'Alzheimer », a souligné le chercheur principal de l'étude, Larry Sparks.Dans le cerveau des malades, les neurones semblent étouffer sous des plaques de peptides bêta-amyloïdes. Or on sait maintenant que le cholestérol joue un rôle dans la production de ces plaques. Le cholestérol transporte dans le cerveau les protéines APP, qui sont ensuite transformées en dangereuses plaques bêta-amyloïdes.Pas si surprenant alors que des médicaments limitant la production de cholestérol diminue aussi la formation des plaques et les symptômes qui y sont associés.(Sources Alzheimer Canada)



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -