Agevillage

Enquête HID

5,2 millions de personnes sont gênées dans leurs déplacements


Partager :

Quelque 12% des adultes vivant dans un logement ordinaire, soit 5,2 millions de personnes, pour la plupart âgées, sont gênées pour se déplacer à l'extérieur ou ont besoin d'aide, à cause d'un handicap ou d'un problème de santé, selon une étude de la Drees.«12% des adultes de 20 ans et plus, qui résident dans un domicile ordinaire, soit au total environ 5,2 millions de personnes, déclarent être gênés dans leurs déplacements hors de leur logement ou incapables de se déplacer seuls, du fait d'un handicap ou d'un problème de santé», indique une étude récente de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques.Cette étude a été faite à partir d'une enquête de l'Insee baptisée «Handicaps, incapacités, dépendance (HID)», faite en 1998 et 1999. ans les institutions, 73% des personnes (qui ne sont pas «confinées au lit»), soit 330.000 personnes environ, déclarent être gênées dans leurs déplacements en dehors de leur établissement, poursuit la Drees.b>«Quel que soit leur lieu de vie, ce sont donc au total 5,5 millions d'adultes de 20 ans et plus qui éprouvent des difficultés à se déplacer seuls hors de l'endroit où ils habitent», analyse le document. L'espace domestique est plus facile d'accès puisque 1,4% des adultes vivant dans un logement ordinaire (603.000 personnes) ont du mal à accéder seuls à leur immeuble ou leur maison depuis la rue.Une fois chez elles, ce sont 1,7% des personnes qui accèdent difficilement à une des pièces de leur logement. Les difficultés à se déplacer à l'extérieur comme chez soi concernent «avant tout les âges avancés», précise la Drees: 65% ont plus de 60 ans, dont 19% ont dépassé les 80 ans. Six personnes gênées pour leurs déplacements sur dix sont des femmes. En institution, les femmes représentent 71% des personnes rencontrant ces difficultés.A domicile, 50% des personnes ayant des problèmes d'accessibilité ont une déficience motrice, parfois associée à une déficience physique, explique l'étude. Les handicaps sont bien plus lourds en institution. Enfin, la grande majorité des personnes se disant gênées pour rejoindre leur lieu de vie «attribuent leurs difficultés uniquement à leur état de santé» et pas à «l'inadaptation des bâtiments».Lire l'étude



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -