Agevillage

Aide à domicile

L'ADMR et l'UNASSAD créent l'Union Syndicale de branche


Partager :

L'union syndicale de branche, USB-domicile, est née le 8 juin après la première assembléegénérale constitutive. A l'initiative de l'ADMR (association du service à domicile) et de l'UNASSAD (union nationale des associations de soins et services à domicile), la création d'une union syndicale de branche a demandé près de deux ans de travail. Sous forme associative avec une présidence tournante entre l'ADMR et l'UNASSAD, l'USB se veut pour mission de contribuer à la dynamisation du secteur, permettre une avancée dans la professionalisation et dans la convention collective uniquede branche.« C'est un pas de plus dans la structuration de l'aide à domicile » précise André Flageul, président de l'Unassad.

Progresser rapidement sur l'accord de la convention collective unique de branche

Emmanuel Verny qui assure la présidence pour cette première année (Michelle Landreau est la vice-présidente) donne pour principal objectif la convention collective unique, avec une phase de rédaction en juillet (sur la base d'un document complet remarquable de la CFDT) afin de démarrer les négociations avec les pouvoirs publics dès la rentrée prochaine de septembre. Un texte signé début 2005 ? tout dépendra de la réponse des pouvoirs publics difficile à quantifier, sachant que ce texte doit être agréé, étendu et financé.«L'USB nous donnera une plus grande visibilité auprès des pouvoirs publics » justifie Emmanuel Verny.

L'USB ne fait pas l'unanimité au sein des fédérations

L'union syndicale de branche est représentée par les deux unions nationales ADMR et UNASSAD qui sont majoritaires à 80 % dans l'aide à domicile.Trois fédérations (Adessa, FNAID, Unacss) ont refusé de participer à l'union, justifiant ce choix par la constestation du système de pondération des voix.« Le principe de la pondération des voix restera intangible, en revanche le montant des pondération est discutable » explique Emmanuel Verny. L'USB se dit ouverte auprès des autres fédérations qui « sont les bienvenues » affirme son président.A ce titre, les deux fondateurs ont déjà proposé de revoir le nombre de sièges au conseil d'administration. La pondération initiale de 5 sièges pour ADMR/UNASSAD, de 2 pour l'ADESSA et de 1 pour les autres fédérations (FNAID, Unacss, Fnaap) serait revue respectivement à 3, 2 et 1.« La pondération existe, elle doit aussi prendre en compte l'aspect financier, temps, humain. Elle arrange les petites organisations quand il s'agit d'investir du temps ou de l'argent dans le travail commun » précise Michelle Landreau.La porte est ainsi ouverte à toute discussion...



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -