Agevillage

Services à domicile, services à la personne

L'Uniopss veut faire évoluer le projet de loi


Partager :

L’Uniopss qui regroupe la grande majorité des organismes de l’action sociale, s’inquiète des risques que le projet de loi pourrait faire courir aux publics fragiles

L'Uniopss (associations de solidarité) a fait part mercredi 8 juin de son «intérêt» pour le projet de loi sur le «développement des services à la personne», mais a demandé aux parlementaires de «faire évoluer substantiellement le projet», en communiquant ses propositions d'amendements.La commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale a adopté mardi le projet de loi Borloo sur les services à la personne, qui pourrait être soumis à l'examen des députés en séance publique dès la semaine prochaine.«L'Uniopss demande aux parlementaires de faire évoluer substantiellement le projet, notamment pour protéger les publics fragiles, garder une position cohérente face aux risques de dérégulation européenne, et respecter les nouvelles attributions données aux départements par la loi sur les libertés et responsabilités locales du 13 août 2004», a-t-elle déclaré, dans un communiqué.L'Uniopss s'inquiète également de la possibilité ouverte par le projet de loi de délivrer aux associations intermédiaires l'agrément services aux personnes «fragiles» à domicile.«La mise à disposition de personnes en difficulté sociale auprès d'autres personnes en difficulté du fait de l'âge ou du handicap avait jusqu'à ce projet toujours été prescrite par les textes réglementant l'activité des associations intermédiaires», argumente-t-elle.Ce projet de loi, qui représente un coût global de 1,43 milliard d’euros jusqu'en 2008 et vise à créer quelque 500.000 emplois sur trois ans.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -